Amnésie au Burundi Un témoignage de Teddy Mazina

, par Teddy Mazina

C’est l’histoire d’un jeune Burundais contraint à l’exil politique pendant 12 ans qui rentre dans son pays. C’est l’histoire d’un homme qui revient plein d’espoir au Burundi.
Mais le présent de sa terre natale draine et traîne toujours son lot de drames, de violences, d’inquiétudes et de précarités. Les années de guerre civile n’ont laissé qu’un mélange d‘« accords de paix » et de nouvelles surprises en forme de crises politiques, sociales et morales.

JPEG - 88.8 ko
La douleur - Une jeune fille hurlant de douleur sa mère est morte et emballée dans l’une des nattes sur le sol souillé de sang dans la natte une des victimes du massacre de Gatumba le 19 septembre 2011 © Teddy Mazina

_ Alors comment faire face à un « état des lieux » aux allures chaotiques ? Comment prendre part à la reconstruction de son pays d’origine sans être partisan ? Comment témoigner de son temps, plaider pour un avenir meilleur, vivre sans fermer les yeux sur la réalité ? Comment vivre et jouer son rôle dans la communauté, contribuer à la mise en place de conditions de vie dignes, justes, libres et respectueuses des droits humains pour les générations à venir ?
Être témoin et prendre des photos ?
Prendre le parti de la population, parler de ses compatriote pour que l’Histoire ne soit plus seulement racontée à travers les représentations d’un peuple violent envers lui-même, mais que d’autres images puissent témoigner, et devenir des références nécessaires à la compréhension du passé et des outils de paix.

Témoigner de son temps.

Teddy Mazina se définit alors comme « un activiste de la mémoire » : il prend des photos pour garder une trace, pour que la population du Burundi n’oublie plus, pour que les images conservent ce que l’on voudrait oublier, ou faire oublier. « Gardien des images » pour ce pays où il est né. « Photographier les événements de l’actualité sociale et politique burundaise est un choix presque vital pour moi et pour l’histoire du Burundi » avoue-t-il. _ Etre témoin au milieu de la foule, des cris, des danses des campagnes électorales, des pleurs des morts et des vivants, voilà où le porte son regard.
C’est l’idée que durant quinze années de guerre civile au cours desquelles plus de 300 000 personnes furent massacrées, seules quelques rares images subsistent, qui a poussé le photographe à tenter de contribuer à sa manière à l’édification d’une mémoire collective. « Objectif Amnésie » propose de figer les événements, le temps d’une image et se définit comme un combat, une résistance contre l’oubli et l’amnésie collective de la communauté.
Sa première exposition, baptisée « Objectifs Amnésie / Devoir de Mémoire » est une réaction face à la violence encore bien présente dans son pays et face à l’amnésie ambiante. Teddy Mazina montre des images prises sur le vif d’une réalité intense et dure, mais qui suggèrent plutôt qu’elles ne désignent. Entre images festives et images tristes, le photographe fait ressortir les joies et peines, espoirs, désespoirs que vivent les habitants du Burundi. Ses photographies ouvrent une porte derrière laquelle la liberté d’expression accompagne les premiers pas de la démocratie, du respect des droits humains.
Teddy Mazina s’engage résolument par la photographie dans une lutte contre la violence et l’intolérance politique, afin que l’ignorance et la peur ne soient plus le terreau fertile des mêmes erreurs, des mêmes crimes et des mêmes drames, contre les velléités de revanches que son pays a connus.
Le regard de ce photographe autodidacte ouvre une brèche dans la douleur, la souffrance et le déni, appelle une société à se regarder de l’intérieur et à réagir.

JPEG - 124.1 ko
Ruine Royale - Ancien palais du gouverneur au temps de la tutelle belge, devenu par la suite palais du Mwami Mwambutsa, la belle bâtisse est chargée de symboles pour l’histoire nationale. C’est la dernière demeure du héros de la démocratie, Melchiore NDADAYE, bombardée par des véhicules blindés dans la nuit du 20 au 21 octobre 1993, elle fût abandonnée et pillée. Elle est aujourd’hui en ruine et sert d’abri de fortune pour un camp de la police nationale. © Teddy Mazina
JPEG - 171.9 ko
Boulevard - Avant la parade militaire du 1er Juillet, jour de l’indépendance du Burundi, les militaires marquent les rangs de leurs armes. © Teddy Mazina
JPEG - 103.8 ko
Billbord, 2009 - Campagne de désarmement post conflit financée par le PNUD, Programme des Nations Unies pour le Développement. © Teddy Mazina
JPEG - 176.3 ko
Dossiers - Dans la nuit du 3 décembre 2009, une émeute éclate à la prison centrale de Mpimba à Bujumbura. Le bureau du directeur prend feu, emportant des milliers de dossiers de détenus. Pour 800 places, la prison comptait à ce moment-là plus de 3500 détenus. © Teddy Mazina
JPEG - 144 ko
Campagne Carnaval - Les campagnes électorales au Burundi sont de grandes fêtes, un grand carnaval avec beaucoup de ferveur, de la musique, des personnages et des déguisements. © Teddy Mazina
JPEG - 101.6 ko
La traversée du Jourdain - Campagne électorale 2010, dernier meeting du FNL, dernier mouvement rebelle à avoir déposé les armes en 2009. Le slogan de campagne est : « la traversée du Jourdain par le peuple burundais », mélange de concepts religieux et politiques. Traversée = Libération. © Teddy Mazina
JPEG - 105.2 ko
Inkona ya DD - Campagne électorale 2010. L’aigle est le symbole du CNDD, parti au pouvoir depuis 2005 au Burundi. Des cerf-volants en forme d’aigle sont distribués pendant la campagne électorale et de fervents partisans sillonnent les quartiers de Bujumbura pour la grande fête de l’espoir et de la liberté. © Teddy Mazina
JPEG - 142 ko
Sarcophage ou emballage législatif - Photo prise d’une voiture. Militant du CNDD (parti au pouvoir au Burundi) rencontré après le dernier meeting avant les législatives 2010 au Burundi, adossé à mur en plein Bujumbura. Ces élections se terminent par une victoire écrasante du CNDD et un boycott des partis de l’opposition. Un emballage du parlement avec une majorité à plus de 2/3. © Teddy Mazina
JPEG - 147.7 ko
Le Mort X - Dans la nuit du 14 mai 2010, un membre du MSD (parti d’opposition burundais) est assassiné devant chez lui. Quelques rues plus loin, on retrouvera deux autres corps sans vie qui ne seront pas identifiés et dont personne ne parlera vraiment. © Teddy Mazina
JPEG - 141.6 ko
Rumeur de mandat - Le 15 juin 2010, une rumeur circule : un mandat d’arrêt a été lancé contre le président du parti FNL, Rwasa Agathon. Des partisans du FNL se précipitent près de sa résidence sur les collines de Bujumbura ; la manifestation improvisée durera 24 heures avant que la police et l’armée ne la disperse. Quelques coups de feu seront entendus dans les beaux quartiers, lorsqu’un officier de police frôle le lynchage dans la foule survoltée. © Teddy Mazina
JPEG - 138.7 ko
Rukoko - Le 17 septembre 2010, dans la réserve naturelle de la Rukoko, près de Bujumbura, 11 travailleurs de la plantation de canne à sucre sont tués par des hommes armés en tenue militaire. Le lendemain ils reviennent et massacrent des dizaines de vaches dans les environs. Personne ne connaîtra les responsables de ce massacre. © Teddy Mazina
JPEG - 110.7 ko
Stop - Procès politique devant le parquet général de Bujumbura. © Teddy Mazina
JPEG - 86.3 ko
Dernier Recours « Monsieur Nu » - Le 20 septembre 2011, Léonce Ngendakumana, président du FRODEBU (parti d’opposition burundais) est interrogé pendants quatre heures par le procureur en mairie de Bujumbura. Un SMS disant que celui-ci allait être arrêté circule, quelques militants du FRODEBU accourent et attendent devant le bureau du procureur. Alors que le procureur annonce une perquisition au domicile de l’interroger, un militant pense que celui-ci est conduit en prison et décide de se déshabiller pour protester. Il bloque la circulation pendant une vingtaine de minutes. © Teddy Mazina

Parcours photographique

Reportages & exposition :

  • Les célèbres Inconnus de Burundi | 2009
    Reportage sur différents personnages du Burundi. Être une célébrité locale tout en restant dans l’anonymat
  • Mpimba : Surpopulation carcérale | 2009
    Photographies de la prison centrale de Bujumbura
  • Femmes de mon Pays cherche Esthétique | 2010-2011
    Portraits de Studio
  • Pigapicha | 2010
    Création d’une banque d’images électorale au Burundi pour les élections de 2010 & diffusion sur télévision Renaissance pendant 6 mois des reportages et « slides show »
  • Et l’agriculture ? | 2010
    Exposition du projet 11.11.11 Parlement Burundais
  • Sembura Ferment Litteraire | 2011
  • Les yeux fermé sur le Burundi
    Série de portraits de plusieurs acteurs de la vie sociale et politique du Burundi
  • Objectifs Amnésie / Devoir de Mémoire | 2012
    Exposition de quatre années de travail sur la mémoire contemporaine du Burundi.
  • A la recherche du corps du Mwami Ntare V, dernier roi du Burundi | 2012
    Reportage pour le DS De Standaard

Voir en ligne : teddymazina.mosaicglobe.com