Congo belge en images - Images d’archives inédites du Congo

/ Carl De Keyser

Congo belge en images

Images d’archives inédites du Congo

Avec cette exposition, Carl De Keyzer , photographe de l’agence Magnum, et Johan Lagae , spécialiste en histoire de l’architecture, veulent revisiter la perception classique de la colonisation belge du Congo. Ils partent du principe selon lequel notre connaissance de la colonisation belge du Congo est largement déterminée par les images de propagande. Ainsi, l’ouvrage paru en 1911 et dont cette exposition tire son nom, Le Congo belge en images, montre comment la Belgique a donné corps à son projet colonial et essayé de le légitimer par une vision eurocentrique de la colonie, mise en scène de manière professionnelle et étayée par des textes et des photos. De Keyzer et Lagae se sont intéressés aux photos du Congo qui donnent un contenu différent et plus complexe à la colonisation et montrant certains aspects connus de manière puissante et évocatrice, mais laissant également entrevoir au visiteur une autre réalité.

JPEG - 53.5 ko

Pour concevoir cette exposition, De Keyzer et Lagae se sont plongés dans les vastes archives du Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren. Ils ont eu l’opportunité unique d’être les premières personnes extérieures à bénéficier d’un accès illimité au projet de numérisation en cours des collections photographiques du musée. Ils ont, dans un premier temps, opéré individuellement une sélection parmi les 42.000 photos numériques disponibles, avant de confronter leurs choix, d’en discuter et d’effectuer un nouveau tri jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une belle série de photos ’parlantes’. L’exposition est le fruit de cette expédition à travers l’immense collection.

Sur cette quête, De Keyzer et Lagae n’avaient défini aucun critère préalable. Ils se sont laissé guider par le hasard, la surprise et l’intuition, portant sur les photos un regard le plus impartial possible. Ils ont choisi des photos qui excitaient leur imagination et invitaient à donner une autre interprétation au passé colonial. Ils ont également recherché des photos ne présentant pas une approche documentaire, mais dont le photographe se pose en auteur à part entière, d’une nature plus expérimentale et qui exhalent vraiment un savoir-faire. Les photos dont la composition et le langage imagé correspondent parfaitement aux conventions de l’imagerie coloniale, telles que les photos des ’indigènes types’, vus de face et de profil, n’ont pas passé la rampe de la sélection, tout comme celles jouant trop sur l’effet. De Keyzer a sciemment évité que l’exposition puisse être considérée comme un pendant ou une explication de son livre ("Congo (belge)" – red), même s’il a sélectionné des clichés qu’il aurait lui-même pu prendre. Pour lui, les deux projets sont autonomes l’un à l’égard de l’autre et portent un regard différent sur le Congo. Lagae adopte pour sa part une perspective plus historique et a choisi des photos qui ne confirment pas tant notre connaissance du Congo colonial, mais qui modifient la compréhension que nous pouvons en avoir pour mettre en lumière une autre perception de la colonisation en Afrique centrale.

Pour cerner au mieux ce que le photographe a vu lorsqu’il a pris la photo, ils sont partis du négatif original pour en tirer une reproduction la meilleure qui soit à l’aide des techniques modernes. En utilisant des scanners à haute résolution comme il le ferait pour ses propres photos, Carl De Keyzer a révélé pour la première fois la netteté et les détails de ces clichés historiques. Cette opération est également une manière de retourner dans le passé, comme un photographe imaginaire, et de dénicher selon une perspective actuelle et avec des outils modernes les intentions et significations délibérées ou pas enfouies dans le matériel photographique. Congo belge en images offre une relecture évocatrice du passé colonial.

Trois vitrines sont présentées dans la salle d’exposition. La première vitrine, "l’annexion visuelle du Congo", propose au visiteur quelques ouvrages illustrés et comptes rendus de voyages allant du début du siècle passé jusqu’aux années 1950, apogée du développement de l’imagerie coloniale par la photo. Une deuxième vitrine, "l’archive photographique", comporte une série de fiches originales de la collection du MRAC, accompagnées de photos initialement sélectionnées mais finalement non retenues en raison de l’absence des négatifs sur verre. La troisième et dernière vitrine, "(apprendre à) regarder", présente un nombre limité de fiches assorties de photos dont les historiens Patricia Hayes (Afrique du Sud) et Jacob Sabakinu Kivilu (Congo) proposent une lecture et/ou expliquées dans le catalogue par Johan Lagae.

’Apprendre à bien regarder’ et prendre le temps de nouer un dialogue sur la base d’une photo est une invitation majeure que De Keyzer et Lagae veulent adresser au visiteur par cette exposition. Les photos présentent une forte stratification, qu’il est impossible de saisir immédiatement, et qui pose plus de questions qu’elle ne donne de réponses. Enfin, l’exposition attire l’attention du visiteur sur des photos qui illustrent comment des pionniers de la fin du dix-neuvième siècle ont pénétré sur le territoire ’vierge’ du Heart of Darkness. L’exposition ne propose cependant pas uniquement un récit héroïque de l’exploration, mais elle est aussi faite de photos qui illustrent la réalité quotidienne des vastes opérations logistiques qui y sont associées. Elle dévoile également autant de moments de succès que d’échecs et de doutes de la colonisation belge en Afrique centrale.

| Exposition

Lieu

Fotomuseum

  • Belgique

En mars 2004, le nouveau FotoMuseum (Musée de la Photo) de la Province d’Anvers a ouvert ses portes. Le Fotomuseum offre un regard sur le passé et le présent de la photographie. Grâce à son rôle de lieu de rencontre, le FotoMuseum souhaite aussi participer à la réflexion sur l’avenir de ce média.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
Waalse Kaai 47
2000 Anvers
tél. : 03 242 93 00
fax : 03 242 93 10
e-mail : info@fotografie.provant.be
url : www.fotomuseum.be

- HORAIRES
Ouvert du mardi au dimanche, de 10 à 18 heures.
Fermé le lundi.
Fermé les 25 et 26 décembre ainsi que le 1er et le 2 janvier.

- TARIFS
tarif normal : € 6
Tarif réduit : € 4
Enfants : gratuit jusqu’à 12 ans

Voir en ligne : www.fotomuseum.be