Eléments. Terre/Eau, par Emmanuelle Blanc Des habitats Kassena du Burkina Faso aux Bains des Docks du Havre

, par Emmanuelle Blanc

Elements assemble et fait dialoguer deux séries d’images réalisées entre 2005 et 2008 au Burkina Faso et en France.

Terre

Images d’habitats traditionnels Kassena, au Sud du Burkina Faso dans la région de Tiébélé.
Face à cette architecture, a priori, assez éloignée de celle que je photographie quotidiennement en occident, j’ai cherché à me positionner comme en territoire connu, loin du pittoresque ou de l’exotisme.
Je me suis rapprochée pour révéler la matière, les textures, les volumes de ces architectures originelles, premières.

Eau

Images du Complexe Aquatique Les Bains des Docks, au Havre, oeuvre des Ateliers Jean Nouvel.
Ces images sont le reflet des sensations, des émotions que j’ai ressenties dans ce lieu, sans souci documentaire quant à l’organisation spatiale de ce complexe.
Cette série raconte « la symphonie des blancs » selon J. Nouvel, jouée par le soleil sur les textures des revêtements, les cadrages sur le ciel la ville ou les docks, les lignes, les volumes imaginés par l’architecte.

Eléments

A leur manière, ces images illustrent un poncif - tellement cité, mais essentiel - du Corbusier, en 1923 dans l’ouvrage Vers une architecture : « L’architecture est le jeu savant correct et magnifique
de volumes assemblés sous la lumière. »

Emmanuelle Blanc

JPEG - 68.1 ko
Les Bains des Docks. Ateliers Jean Nouvel (ADAGP). Grand bassin extérieur (50mètres) / habitat traditionnel Nankanas © Emmanuelle Blanc
JPEG - 61.7 ko
Les Bains des Docks. Ateliers Jean Nouvel (ADAGP). Bassin de thalassothérapie / habitat traditionnel Nankanas © Emmanuelle Blanc

"Qu’est-ce qui fait le lien entre les Bains des Docks au Havre et les habitats Kassena au Burkina Faso ?"

Le premier est d’une blancheur uniforme illuminée par des nuances bleues, vertes et jaunes qui se dévoilent au gré du temps dans un espace sans courbes et sans douceur... Ce bloc, ce corps, contemple la beauté de sa forme solide - douloureusement épurée - dans la paisible fraîcheur de l’eau des Bains, tandis que la lumière pénètre partout où elle peut - avec extase -
pour répandre les formes de son rayonnement éclaté.

Les seconds sont faits de terre et portent ses couleurs : ocres, noir et blanc. La chaude rugosité de leur matière est enrichie de motifs géométriques qui parent aussi bien les habitats que les poteries, dénotant une obsession particulière pour la cadence du trait, qu’il soit droit ou courbe. La lumière y transforme les volumes en masses marquées par une quête ancestrale
imparfaite, fragile mais constante, de l’infini.

Ce qui relie les habitats Kassena aux Bains des Docks, c’est cette même recherche du détail servant à modifier l’impact et la signification d’un espace dans son ensemble : l’utilisation des parties en symbiose avec le tout afin de créer un nouvel espace originel, un deuxième corps. L’unicité de ces deux espaces se reflète et se prolonge à travers les éléments « symboliques » (terre/eau) utilisés : espaces spirituel, harmonieux, nostalgique du passé
ou de l’avenir, en quête de sens dans la forme et d’une forme qui transcende le sens...

Léonie Georges

Voir en ligne la série Elements. Terre / Eau dans son ensemble