Estivales Photographiques du Trégor 2009

Estivales Photographiques du Trégor 2009

JPEG - 53.3 ko
© Pierrot Men

Du 27 juin au 3 octobre 2009

Lannion / Pleumeur-Bodou / Tréguier

« Y vivre »

Après « Ailleurs autrement » en 2002, c’est à nouveau une invitation au voyage que lance l’Imagerie pour les Estivales Photographiques du Trégor 2009. Jérusalem, Le Caire, Madagascar, le Sinaï, Shangaï... sont au programme de la manifestation qui regroupera 6 expositions sous l’intitulé « Y vivre ».

Certains se sont installés dans leur pays d’adoption au plus près de leur sujet comme Didier Ben Loulou à Jérusalem ou Denis Dailleux au Caire. Scarlett Coten a patiemment sillonné les dunes du Sinaï pour s’imprégner du quotidien des Bédouins et nous en offrir portraits et lieux de vie. Floriane de Lassée explore et vit les nuits des mégapoles. Pierrot Men enfin témoigne du pays, Madagascar, la « Grande Île », où son père, d’origine chinoise, est venu vivre.

La Jérusalem que nous dépeint Didier Ben Loulou est une Jérusalem de signes et d’histoire, de soleil et d’ombre, de vie et de ruines. Une Jérusalem d’avenir aussi marquée par les jeux d’enfants. Une Jérusalem aux murs sculptés par le temps comme sont sculptées par la matière du tirage Fresson les images de l’auteur.

Denis Dailleux, qui vit au Caire depuis quelques années, en poses longues et patientes nous présente en grands formats couleur une vision inédite de l’Egypte. Loin des clichés pour touristes « pyramidaux » , c’est un « peuple pauvre mais un peuple digne, un peuple drôle et émouvant, un peuple généreux, un peuple de princes véritables’ » (Alain Blottière dans la préface de « fils de Roi »- éd.Gallimard) que le photographe nous invite à aimer avec lui.

Scarlett Coten, si elle ne vit pas parmi les Bédouins du Sinaï, a porté lors de nombreux voyages, un regard amical sur les femmes et les hommes du désert. Ici, si la tradition est présente, ses modèles tentent d’y échapper...Le voile certes, mais aussi les lunettes de soleil, la cigarette et le clin d’oeil complice.

Pierrot Men nous décrit une société - Madagascar - en pleine mutation où le camion géant croise l’âne et la carriole, où la décharge se transforme en terrain de jeu. Ses tirages noir et blanc aux nuances subtiles - « Men », « la lumière » dans la langue de son père d’origine chinoise, a créé le plus grand laboratoire photographique de Madagascar - sont autant d’instants décisifs et lumineux.

Floriane de Lassée s’est fondue dans la nuit des villes. De Tokyo à New York ou Shangaï, elle observe, silhouette diaphane immobilisée au premier plan par l’open-flash, les tentacules démesurées de ces pieuvres nocturnes. Comment peut-on y vivre ? semble-t-elle nous dire.

Enfin une exposition collective « Y vivre, regards sur la ville » présentée à la Chapelle Saint-Samson de Pleumeur-Bodou, regroupera des extraits de la collection de l’Imagerie. De « New york » (William Klein, Jean Bizien) à Palerme (Letizia Battaglia), de Paris (Bogdan Konopka) à Lorient (Bernard Plossu)...à travers ces grands noms de la photographie, c’est aussi la mémoire et l’histoire de l’Imagerie qui s’offrira aux visiteurs.

Les Estivales Photographiques du Trégor sont organisées par L’Imagerie avec le soutien de la Ville de Lannion, de la Ville de Pleumeur-Bodou, de la Ville de Tréguier, du Conseil Général des Côtes d’Armor, du Conseil Régional de Bretagne, du Ministère de la Culture (Drac Bretagne) et de l’Office Municipal de la Culture et des Loisirs de Pleumeur Bodou.

| Exposition

Lieu

Centre Wallonie-Bruxelles

  • France

Dès le début des années 70, la volonté d’une communauté, celle des francophones de Belgique, d’affirmer son identité se matérialise par l’acquisition d’un ilôt de 1000m² au cœur du plus vieux quartier de Paris, à proximité du Marais, Place Beaubourg face au tout nouveau temple de l’art contemporain.
Ce choix, face au Centre Pompidou, était un révélateur des impulsions de toutes les audaces culturelles et artistiques alors que rien ne laissait présager de l’avenir et des métamorphoses du quartier.

Témoins de la vitalité et de l’originalité de nos plasticiens, cinq artistes prestigieux de Wallonie-Bruxelles ont laissé au Centre leur empreinte artistique. Félix Roulin a sculpté un bas-relief dans le passage couvert menant aux salles de spectacles et de cinéma. Pol Bury a mis la cour intérieure en musique en y implantant une fontaine musicale. Hergé a ameuté tous les amis et ennemis du célèbre reporter Tintin dans une fresque située dans la cage d’escalier qui mène au foyer. Alechinsky a réalisé deux grandes fresques murales tandis que Jean-Michel Folon concevait un rideau de scène pour la salle de spectacle.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
7, rue de Venise – 75004 Paris
info@cwb.fr
Tél : 01 53 01 96 96
Fax : 01 48 04 90 85

- ACCUEIL ET SALLE D’EXPOSITION
127-129, Rue Saint-Martin – 75004 Paris
Ouverture tous les jours du lundi au vendredi de 9h à 19h et le samedi-dimanche de 11h à 19h. Fermé les jours fériés.

- LA SALLE DE CINEMA
46, Rue Quincampoix (niveau-2) – 75004 Paris

- LA SALLE DE SPECTACLES
46, Rue Quincampoix (niveau-1) – 75004 Paris
à 17h ou sur rendez-vous.
Consultation sur place

- LA LIBRAIRIE WALLONIE-BRUXELLES
46, Rue Quincampoix – 75004 Paris
Tél : 01 42 71 58 03
Fax : 01 42 71 58 09
Ouverte du mardi au samedi de 11h à 19h30

- ACCES
Métro : Châtelet-Les-Halles/Rambuteau/Hôtel de Ville

Voir en ligne : www.cwb.fr