Festivités du 22 Septembre à Mopti reportage de Tiécoura N’daou

, par Tiécoura N’Daou

JPEG - 87.1 ko
Défilé du 22 septembre à Mopti © Tiécoura N’daou

Le 22 Septembre est le jour de commémoration de l’accès à l’indépendance en République du Mali . Pour rendre hommage à ses braves guerriers qui ont bien voulu verser leurs sang en disant non aux colonisateurs un certain 22 Septembre 1960 , le peuple Malien célèbre chaque année cette journée à travers divers activités. C’est pour cette occasion que la ville de Mopti n’est pas restée indifférente à l’événement. Le décor de la fête se dessinait déjà dès la veille. Partout flottait le drapeau malien (Vert Jaune Rouge). La nuit, le ton était donné par quelques coups de feu des militaires et des feux d’artifices dans toutes les artères de la ville.

Le jour proprement dit, tôt le matin, la foule se dirigeait vers la place publique. Chacun voulait occuper les premières places. Toutes les délégations venues pour l’occasion étaient déjà sur place à 7h 30mn.

La cérémonie commença par le discours du gouverneur de la région de Mopti suivi de celui du Maire .Juste après on assista aux défilées des forces armées et de commandement (tous les couches de l’armée). C’est particulièrement ce défilé qui attira toute mon attention, cela me rappelait le thème de la marche que j’avais précédemment traité dans mon travail photographique personnel. Ici, c’était un autre aspect de la marche qui ressortait. Je l’appel "la marche de commandement" . Elle est spécifique aux porteurs d’uniformes. Les militaires marchant ensemble élégamment à pas géants, sous les rythmes symphoniques des fanfaristes, c’est tout un art. Ensuite, nous assistons aux défilés de toutes les couches sociaux économiques de la région (pêcheurs, éleveurs, commerçants, Syndicats…).

JPEG - 97.8 ko
Défilé du 22 septembre à Mopti © Tiécoura N’daou

La matinée termina en beauté avec une course de pirogue. C’est une dizaine de jeunes par campements de pêche qui réalisent une course en pirogue sur une distance donnée sur le Fleuve Niger . Les spectateurs, au bord du fleuve applaudissent sans cesse. Le soir, une manifestation folklorique dura jusqu’à la fin de la journée. Chaque ethnie faisait preuve de son savoir faire et jouait sa musique. Les femmes Peulhs toutes habillées en grand boubou Basin, parées de gros bijoux dansent le "takamba" (sorte de danse touareg et Peulh) en formant deux rangées se faisant face. La fête pris fin à la grande satisfaction de tous. Et vive la prochaine !