Fondation Pierre Gianadda

/ Léonard Gianadda

Après plusieurs voyages en et hors de Suisse, les reportages de Léonard Gianadda s’exposent à la Fondation Pierre Gianadda, sous le titre de Méditerranée : 150 photographies issues des voyages en Méditerranée durant les années 50, alors que Léonard Gianadda était jeune journaliste-reporter.

La photographie joue un rôle important dans le parcours de Léonard Gianadda. Elle est, dans les années 1950, son premier moyen d’expression artistique. Et, lorsque, cinquante ans plus tard, ses reportages sortent de l’oubli, l’étonnement est général devant la qualité et l’originalité des clichés.

Le travail photographique de Léonard Gianadda éclaire et explique sa trajectoire. Ainsi, dans cette nouvelle perspective, la création de la Fondation Pierre Gianadda apparaît comme l’aboutissement d’un parcours artistique qui prend ses racines dans la découverte de l’art de l’Italie de la Renaissance.

Dans ce sens, les expositions des photographies de Léonard Gianadda nous révèlent les multiples intérêts d’un homme qui, formé aux humanités classiques, bifurque vers le monde de la technique, avant de revenir à ses premières passions.

JPEG - 77.7 ko
Léonard Gianadda

Dans les années 1950, Léonard Gianadda effectue de nombreux et longs voyages dans les pays méditerranéens. Il nous ouvre des fenêtres sur les réalités de l’Italie, la Yougoslavie, la Grèce, l’Egypte, l’Espagne, la Tunisie, le Maroc, et, bientôt, tout le pourtour de la Méditerranée. Dans ces périples, on décèle un intérêt marqué pour les œuvres d’art présentées in situ ou dans les musées et pour la réalité sociale que vivent les gens de l’époque.

Grand admirateur du travail photographique d’Henri Cartier-Bresson, le jeune reporter prend un réel plaisir à aller à la rencontre des gens et à les photographier dans leur monde, leur quotidien. Sa facilité à entrer en contact, sa curiosité et son audace lui permettent d’approcher avec simplicité autant les pauvres de la Via Frascati à Rome, les contrebandiers de Palerme, que les stars de cinéma présentes à Cinecittà, comme Anthony Perkins, Sophia Loren, Silvana Mangano, John Wayne… Peu importe les origines et les langues, il réussit à gagner la confiance des personnes, dans des échanges que l’on devine vrais. Dans ses clichés, on retrouve des parentés certaines avec les approches des grands photographes de l’époque, mais aussi un regard personnel légèrement décalé sur le monde qui l’entoure.

Dans la démarche du jeune photographe, la vue d’un monument, d’un tableau, d’une sculpture rappelle les heures passées avec sa tante, tous deux penchés sur les chefs d’oeuvres du pays d’origine de son grand père Baptiste Gianadda, l’Italie. Même s’il écrit en 1957, « la vie de la cité ne se trouve pas dans les musées. Pour l’approcher, la toucher et l’entendre, il faut se rendre sur la place du Marché », il ne se prive pas de fréquenter les musées et de visiter les hauts lieux culturels des pays. Cependant, ces monuments ne sont jamais séparés de la réalité sociale qui les entoure. Le constat est évident lorsqu’il se rend en Egypte et qu’il en parle dans la revue Point de vue. Images du Monde en 1956 : « On a beaucoup parlé du canal de Suez au cours de ces dernières semaines ; pourtant, il n’y a pas que le canal en Egypte, il y a aussi de la misère, une population extrêmement hospitalière, des temples incomparables… et même des pyramides. De la misère ? Elle court les rues. »

L’exposition de Martigny nous emmène ainsi sur les traces de Léonard Gianadda dans la découverte de l’art et des multiples facettes du monde méditerranéen.

Il est dès lors évident que le sens artistique de Léonard Gianadda ne lui est pas venu par hasard en 1978, à la création de la Fondation Pierre Gianadda. Celle-ci est l’aboutissement d’une passion et d’une recherche qui s’affirme en 1953 déjà, lorsqu’il présente et commente de façon enthousiaste des expositions de peintures qu’il organise avec des amis à Martigny.

Commissaires de l’exposition : Jean-Henry Papilloud et Sophia Cantinotti

| Exposition

Lieu

Fondation Pierre Gianadda

Alors qu’il envisageait de construire un immeuble locatif sur une parcelle de terrain dont il était propriétaire, Léonard Gianadda, ingénieur, découvre au printemps 1976 les vestiges d’un temple gallo-romain, le plus ancien de ce type en Suisse.

Peu de temps après, le 31 juillet 1976, son frère cadet, Pierre, décède tragiquement des suites d’un accident d’avion en voulant porter secours à ses camarades.

Très attaché à Pierre, Léonard décide de créer une fondation qui perpétuera son souvenir. Il érige autour du temple antique un centre culturel qui portera le nom de son frère...

L’inauguration a eu lieu le 19 novembre 1978, jour où Pierre aurait fêté son quarantième anniversaire.

INFOS PRATIQUES

- ADRESSE
Fondation Pierre Gianadda
Rue du Forum 59
1920 Martigny (Suisse)

- CONTACT
Tél. n° : +41 (0) 27 722 39 78
Fax n° : +41 (0) 27 722 52 85
info@gianadda.ch

- HORAIRES
Ouvert tous les jours
de 10h à 18h

Voir en ligne : www.gianadda.ch