Gnawa, tradition et création. Du sacré et du profane.

/ Augustin Legall

L’exposition "Gnawa, tradition et création. Du sacré et du profane", un projet photographique d’Augustin Le Gall, nous invite à découvrir l’univers des musiciens Gnawa des Pays du Maghreb.

Dans tout le Maghreb, un culte des génies s’est répandu par la route des esclaves de la communauté noire venus d’Afrique Sub-Saharienne. Sous diverses appellations, ces musiciens-thérapeutes se retrouvent au Maroc (« Gnawa »), en Algérie (« Diwan ») et en Tunisie (« Stambali »). Ils témoignent de l’histoire et des pratiques thérapeutiques de ces peuples et de la richesse de cette tradition aujourd’hui en pleine mutation.
Un pied dans le monde du sacré, une corde dans le monde du profane ; sur scène pour parfois présenter une forme de représentation, souvent dans un travail musical artistique où les traditions rejoignent la création. La frontière est mince et perméable.
La musique lie ces deux mondes qui s’articulent au quotidien.

"GNAWA" pose une réflexion sur une pratique musicale qui puise son origine dans le sacré et qui évolue aujourd’hui dans l’univers culturel et artistique.

Photographies : Augustin Le Gall | ALGO
Coordination : Caroline Polle
Conseiller scientifique de l’exposition : Abdelmajid Arrif, ethnologue, MMSH
Avec la participation d’Abdemajid Arrif, Zineb Majdouli et Deborah Kapchan autour d’extraits de leurs travaux sur les gnawa.

Le "Projet Gnawa" a été soutenu par la Commission Européenne dans le cadre du Programme "Jeunesse en Action 1.2" en 2010.

Mention Spéciale du jury pour le Concours "Regards croisés sur le patrimoine vivant en Méditerranée". Euromed Heritage en décembre 2010.

Site : www.projetgnawa.com
Diffusion : Ouvre les Yeux, www.collectifoly.com

A propos d’Augustin Le Gall

"Photographier, c’est se débrouiller avec la réalité." J’ai développé ma pratique de la photographie en même temps que mes études en anthropologie. Portant un vif intérêt pour l’aire méditerranéenne, l’Homme et ses pratiques, j’ai orienté mon approche photographique vers la réalisation de projets documentaires et de formes d’écritures sans cesse renouvelées.
Au carrefour du réel et du jeu, du vécu et du réfléchi, je tente de poser un regard sur ce point de bascule qui confronte les imaginaires au quotidien.
www.algopix.net

| Exposition

Lieu

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

Membre du Groupe d’Intérêt Scientifique (GIS) « Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme », la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme est un campus de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, spécialisé sur le monde méditerranéen.

Fondée en 1996 par Robert Ilbert [1], qui en a assuré la direction jusqu’à la fin de l’année 2007, cette structure d’accueil, de soutien et de diffusion de la recherche regroupe dix laboratoires, l’Ecole doctorale « Espaces, Cultures, Sociétés » et des unités d’enseignement (Département d’Anthropologie et Département des Sciences de l’Antiquité, relevant de l’UFR « Civilisations et Humanités » de l’Université de Provence).

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme est un Département de recherche de l’Université de Provence appuyé, en convention avec l’Université Paul Cézanne et le CNRS, sur une unité mixte de service et de recherche du CNRS (USR 3125).

Cette structure fédérative d’appui à la recherche favorise la promotion d’une interdisciplinarité active, avec des programmes de recherche transversaux et des pôles de compétences techniques. Elle participe à la formation à la recherche et à l’intégration des jeunes chercheurs par l’accueil des étudiants de l’Ecole doctorale. Elle assure la mise en œuvre et la coordination de programmes européens et internationaux dans le domaine des études méditerranéennes.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
5, rue du château de l’horloge
13094 Aix-en-Provence, France

- CONTACT
Xavier GRIMA
Tél : (+33) (0) 4 42 52 40 00
mél : grima@mmsh.univ-aix.fr

Voir en ligne : www.mmsh.univ-aix.fr