Haiti

/ Roberto Stephenson

A Lugano, la terre tremble. Heureusement, ce n’est qu’au travers des photographies inédites de Roberto Stephenson : portraits, paysages intemporels et architecture surréaliste portant la marque du tragique tremblement de terre de 2010 sont les étapes d’un parcours esthétique et poétique dans l’âme du peuple haïtien.

L’exposition intitulée HAÏTI rassemblent des photographies, de 2000 à 2010, de Roberto Stephenson, un artiste italo-haïtien, qui compte parmi les représentants les plus importants et originaux de la photographie contemporaine des Caraïbes.
L’exposition, organisée par Alessia Borellini et Adriana Mazza au Musée des Cultures de Lugano, est née d’un travail de recherches de l’équipe du Musée suisse. À travers une centaine d’images, cette exposition met en scène un processus unique de réinterprétation du contexte citadin et rural, et des conditions socioculturelles en Haïti, pour dépasser les limites du simple reportage grâce à une approche esthétique mêlant passé, présent et futur.

L’exposition - divisé en cinq sections : Visages, Port-au-Prince, Tremblement de terre, Tentes, Paysages - mettra en évidence ses réflexions existentielles, telle que "le photographe est un conteur qui vit le présent, et le raconte en acceptant les puissants filtres de l’imagination" A partir d’imposants tirages représentants des portraits d’hommes, de femmes et d’enfants haïtiens, Stephenson raconte une réalité que seul le travail artistique du photographe permet révéler.

Une série de photographies prises dans les jours qui ont immédiatement suivi le séisme de 2010 révèle la grande l’attention de Roberto Stephenson pour l’interaction entre les éléments de couleur et les perspectives inhabituelles, acquise grâce à son expérience en tant que photographe d’architecture, véhiculant ainsi le sens du bouleversement et de la fragilité des choses. C’est ce thème qui revient, plein de poésie et de théâtre dans la section consacrée aux tentes, abris éphémères mais dignes du peuple d’Haïti après la catastrophe naturelle.

L’exposition se poursuivra avec la série des paysages, dont la composition, l’éclairage et les couleurs font ressentir la majesté des forces de la nature et s’achèvera avec le portrait symbolique d’un homme marqué par la douleur, au regard fier, dont le visage incarne les profondeurs poétiques du photographe, sa simplicité et son humanité.

HAÏTI, sixième rendez-vous du cycle d’expositions Esovisioni du Musée des Cultures, sera accompagné par un riche programme de manifestations et d’activités éducatives - ateliers, visites guidées et visites-conférences – dont une rencontre exclusive avec Roberto Stephenson, mise en place par le Musée des Cultures en collaboration avec de nombreux partenaires institutionnels.
GAMM Accouplements catalogue

Notes biographiques
Roberto Stephenson est né à Rome en 1964, de père haïtien et de mère italienne. Initié à la photographie dès son adolescence, il a entrepris des études d’arts graphique et a travaillé durant 2 ans en tant qu’assistant photographe, spécialisé dans la photographie d’architecture
Il se consacre alors à l’expérimentation tandis que ses images sont publiées dans divers magazines et livres d’architecture. Il voyage et séjourne dans de nombreux pays tels que la Jordanie, la Syrie, l’Inde, Londres, New York jusqu’en 2000 où il s’installe en Haïti.

La carrière artistique de Stephenson décolle en 1997 avec sa première exposition solo à la Galerie Collection, organisée par Art et Multimédia, sous le commissariat de Viviana Gravano. Le catalogue de l’exposition est accompagné des textes d’Achille Bonito Oliva, de Dingo Ciorra,

De Zagari Franco et d’Alfredo Martini. En 1998, il participe à l’exposition collective du Palazzo delle Esposizioni avec sa série Rome, Paysages Urbains, sous le commissariat d’Achille Bonito Oliva.
Par la suite, il expose à Londres, New York, Ahmedabad, Miami, Port-au-Prince, Saint Domingue, Oslo, La Havane, Bamako, Paris, Berlin, San Jose et à Fort-de-France.
En 2003, il publie un ouvrage sur les intérieurs des maisons haïtiennes et un second livre, témoignage intime de ses trois premières années en Haïti. En 2009, il présente la première étape de sa recherche artistique et anthropologique dans une section de l’exposition de la Triennale de Milan, organisée par le Musée des Cultures de Lugano intitulée Fer Forgé, Battito di Haïti. Roberto Stephenson travaille actuellement sur son troisième livre sur les paysage urbains de Port-au-Prince.

Lugano, Septembre 2011

| Exposition

Lieu

Museo delle Culture

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
Museo delle Culture
Heleneum
Via Cortivo 24-28
CH - 6976 Lugano-Castagnola

- CONTACT
Tel. +41 58 866 69 60
Fax. +41 58 866 69 69
E-mail info.mcl@lugano.ch

Voir en ligne : www.lugano.ch