L’épopée Savorgnan, un voyage en images

/ Exposition collective

EXPOSITION ET LIVRE

C’est un regard italien sur le voyage de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo, et notamment sur la troisième expédition (celle de la restitution du Traité ratifié par la France au Makoko roi des Tekes), qui sera présenté lors du Festival « Etonnants Voyageurs » à Brazzaville.

JPEG - 75.7 ko

A cet occasion sera présenté le livre catalogue qui accompagnera l’exposition organisée par l’Ambassade d’Italie à Brazzaville et le Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza et intitulée « L’Epopée Savorgnan, un Voyage en Images ». Une présentation en avant-première du livre et de l’expo qui va ouvrir ses portes pendant deux mois, à partir du 9 mars 2013 dans les espaces du Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza, à Brazzaville.

Plus de quarante photos d’époque en grande partie inédites, agrandies et commentées -choisies parmi les 88 du fonds photographique Giacomo Savorgnan di Brazza, qui a récemment refait surface de l’oubli du temps dans les Archives publiques italiennes et notamment dans les Archives du Capitole de Rome et qui témoignent des difficultés, des efforts et des découvertes de Pierre Savorgnan et de ses compagnons italiens : Giacomo son frère, naturaliste, ethnographe et photographe de l’expédition (les photos présentes ont été presque toutes réalisé par Giacomo lui-même) et Attilio Pecile.

Pièces maitresses de l’exposition, les photos de la cérémonie de restitution du Traité ratifié au Makoko et le portrait de Makoko parmi les enseignes de son pouvoir. Mais aussi les portraits de groupes de l’explorateur franco-italien entouré des villageois Batéké, les portraits d’hommes et femmes Batéké pleins d’humanisme et de dignité, les prises de vue de la Forêt Equatoriale et un émouvant portrait inédit des deux frères Savorgnan, le regard fiévreux et enflammé de leur passion africaine.

L’ensemble des images exceptionnelles du fonds Giacomo Savorgnan sont commentées au sein du livre catalogue, dans un parcours qui mène le lecteur sur les pas des explorateurs, par des extraits des journaux de voyage de Giacomo Savorgnan et Attilio Pecile, pour la première fois traduits en français, grâce à la supervision de M.me Elisabetta Mori, chercheuse des Archives du Capitole de Rome et principale experte sur le fond de documents Giacomo Savorgnan (autrice de l’essai introductif du livre).

Des passages poignants qui nous révèlent le regard passionné de ces hommes sur les contrées lointaines qu’ils traversèrent, l’admiration indéfectible pour Pierre Savorgnan et son énergie inépuisable de ses compagnons, l’humanité, le respect et l’admiration pour les cultures locale, les sentiments d’amitié fraternelle mais aussi les tensions au sein de l’expédition. Et surtout les choix éthiques, les responsabilité morales et les doutes auquel ils se sentaient confrontés entre la mission « civilisatrice » qui les animait et les risques du colonialisme qu’ils apercevaient se dessiner à l’horizon. Remarquables à ce propos la lucidité des commentaires sur les agissements de Stanley et de la Société d’Etudes du Congo. Comme le dit bien Giacomo Savorgnan di Brazza dans son journal en condamnant les actions de Stanley : « Ceci est mon opinion comme indépendant des parties ennemies. Je suis Italien et je m’intéresse aux progrès tant scientifiques que commerciaux et de civilisation de cette riche Afrique, humiliée par tant de gens. »

Le livre catalogue « L’Epopée Savorgnan, un Voyage en Images » est imprimé par l’éditeur Artestampa de Modena, sur commande de l’Ambassade d’Italie à Brazzaville, grâce au soutien financier des sociétés italiennes RENCO, SEAS et Trabec. Il est possible de le commander sur le site de l’éditeur ARTESTAMPA
ou sur les librairies en-ligne www.ibs.it ou www.amazon.it

| Exposition

Lieu

Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza

En plein coeur de Brazzaville, sur les rives du fleuve et sur l’emplacement où les Français construisirent 126 ans auparavant la première maison de la future capitale, le Congo rend un hommage appuyé à son découvreur et colonisateur Pierre Savorgnan de Brazza. Le bâtiment circulaire de facture néoclassique mêle marbre et verre teinté, arbore colonnes et fronton, il est coiffé d’une coupole de 12 m de diamètre. Le hall qui sert de lieu d’exposition est orné d’une fresque de 15 m de largeur retraçant le parcours de De Brazza au Congo. Une crypte abrite les dépouilles de l’explorateur et de sa famille. Celui qui disait souvent que « l’Afrique aurait sa vie » arrive au terminus qu’il appelait de ses voeux après avoir reposé en Algérie. Le projet est né d’une demande et du rapprochement de Detalmo Pirzio Biroli, petit neveu de De Brazza, et des autorités congolaises. On peut voir, sur la plaque du mémorial, le vénérable descendant déguisé en explorateur flanqué de Gaston Ngouayoulou, XVIe roi des Batéké, rejouer la rencontre fondatrice entre de Brazza et le roi Makoko. La mise en oeuvre du mémorial et d’un transfert des cendres de l’explorateur prend rapidement forme. La première pierre est posée en 2005 par Sassou-Nguesso, Omar Bongo et Jacques Chirac, le mémorial est inauguré en 2006. Il fut d’abord accueilli par une volée de bois vert : dépense somptuaire, honneur fait au colonisateur, mais aussi dans un pays ou magie et religieux irriguent le quotidien, temple maçonnique, lieu de cérémonies occultes… Ce qui est sûr c’est que le mémorial fut boudé par la population. Puis d’expositions en efforts pédagogiques de la part de la fondation qui le gère, de visites d’écoles en articles dans la presse, le lieu trouva sa place dans l’activité du centre brazzavillois. La polémique est aujourd’hui apaisée. Reste que dans un pays sans musée national, où la route des esclaves est signalée par la première pierre d’un monument jamais construit, presque sans lieu de mémoire, qu’elle soit coloniale ou non, le clinquant édifice peut, sur le fond et la forme, poser question. Les autorités congolaises ne semblent pas insensibles à ce constat, et promesse a été faite que ce mausolée n’est que le premier module d’un complexe culturel incluant une grande bibliothèque, un musée regroupant les vestiges des explorations de De Brazza, un musée national, un amphithéâtre. Le projet est à l’étude.

INFOS PRATIQUES

- ADRESSE
Avenue Felix Eboué
à côté de la mairie de Brazzaville
BRAZZAVILLE
Congo Brazzaville

Voir en ligne : www.ambbrazzaville.esteri.it