L’oeil de Bamako

/ Malick Sidibé

Le Musée des Arts Derniers
présente
L’OEIL DE BAMAKO | Malick Sidibé
Prix de la photographie Hasselbad, 2003
Lion d’or, Biennale d’art contemporain de Venise, 2007

Série exceptionnelle de 50 photographies, datant de 1963 - 2011, dont plusieurs inédits, exclusivités de la galerie.

Malick Sidibé - De l’oeuvre de Malick Sidibé on connaît d’abord les photographies de reportage, prises dans les surprises-parties organisées par des jeunes gens friands de Musique et de liberté alors que le pays se prépare à l’indépendance. Ces séries débutent vers 1957 et vont se poursuivre jusqu’au début des années 1970. En 1962, il ouvre le « Studio Malick » dans le quartier populaire de Bagadadji à Bamako. La clientèle du studio est populaire, jeune. On vient de partout. Sidibé a l’âme joyeuse, généreuse ; chacun de ses portraits en est un témoignage. En 1994, les premières Rencontres africaines de la photographie de Bamako le font découvrir au monde. Il expose depuis dans les grandes galeries européennes (comme la Fondation Cartier à Paris), aux États-Unis et au Japon. En 2003, ce maître de l’image africaine reçoit le prix de la photographie Hasselblad et, en 2007, le Lion d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière à la 52e Biennale d’art contemporain de Venise.

Le Musée des Arts Derniers - Ouvert en 2003 par Olivier Sultan, le Musée des Arts Derniers offre une autre vision de la création africaine en insistant sur le parcours individuel de chaque artiste afin d’en inscrire l’oeuvre dans le courant contemporain et d’en consolider la place sur le marché de l’art international. Depuis son ouverture, la galerie consacre une part importante de son activité à la photographie, notamment celle de Malick Sidibé.

Entre autres photographies disponibles à la galerie - Les amis des Espagnols (1968) ; Les amis Peulhs - jour de fête (1972) ; Famille Sarakolé (1974) ; Mamourou Sidibé, le faux « Zoro » à mobylette (1975) ; Les trois amis avec motos (1975) ; Les trois berger peulhs (1976) ; Les nouveaux circoncis (1983) ; Prêt pour voyager en France (2011) ; Moustapha avec son ami griot avec son gori (2011), ainsi que deux séries en exclusivité, Ce n’est pas ma faute et Vues de dos (1989-2002).

La galerie sera ouverte les vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 novembre.

| Exposition

Lieu

Musée des arts derniers

  • France

Ouvert en 2003 dans le XVe arrondissement de Paris par Olivier Sultan, le Musée des Arts Derniers se donne pour mission d’offrir une autre vision de la création africaine, actuellement en plein renouveau.
Les artistes africains d’aujourd’hui s’approprient les techniques contemporaines (vidéo, photo, installation, performance) et opèrent un mouvement constant entre leur continent et l’occident, rencontrant ainsi un nouveau public international.
S’ils sont déjà connus dans les pays anglo-saxons et par les amateurs d’art africain, ces créateurs sont parfois promus sous une étiquette ethnique, comme si l’origine était ici le seul critère d’appréciation d’un artiste, avant même que l’on se pose la question : quelle est leur démarche artistique singulière ?

Il nous a semblé urgent d’ouvrir un espace de qualité qui leur soit consacré, afin de renforcer la place de la production artistique des plasticiens africains et surtout contemporains sur la scène internationale.
Alors que les institutions et galeries d’art s’attachent souvent plus au passé artistique de l’Afrique qu’à son présent, au Musée des Arts Derniers les expositions sont pensées en tâchant d’éviter certains écueils : la réduction des artistes et des oeuvres à des origines culturelles et géographiques stigmatisées dans la différence, l’exotisme, l’ethnocentrisme ou le paternalisme : autant de mauvais réflexes qui aboutissent à l’isolement de la production plastique africaine vis-à-vis de l’ensemble de la scène internationale.

S’appuyant sur une expérience de 15 ans dans le domaine de l’art contemporain africain, le Musée des Arts Derniers et son équipe ont développé un réseau d’amateurs d’art, de galeries d’art, d’institutions et de sponsors, organisation de nombreuses expositions en France et à l’étranger, aide à l’élaboration du Guide de l’Art Africain Contemporain avec « Afrique en Créations », éditions de livres (Les Afriques éd. Autrement 2004, Africa Urbis éd. Sépia 2005).

En effet le Musée s’attache à tisser des liens privilégiés avec les artistes représentés (africains ou non),et à établir une étroite collaboration avec des institutions telles que le British Council, les ambassades africaines, l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie, la Mairie du XVème, l’UNESCO, etc…, et des galeries ou centres d’art tels que la Skoto gallery (NY), Africa Center (Londres), 198 Gallery (Brixton), Enart (Barcelone), Iwalawa - Haus (Bayreuth)…

D’autre part, Depuis deux ans le Musée des Arts Derniers développe une politique de partenariat avec des organismes et médias de la communauté africaine tels que Africultures, Cité Black, Grioo, Image d’Ailleurs, Jeune Afrique, RFI, Africa N°1, Safoul Production, NAWAO (projet Broken Memory : éclairage original sur l’actualité de l’histoire par une réflexion sur les conséquences actuelles des pillages coloniaux).

Lieu ouvert à l’inconnu, à l’inclassable parfois, au risque consenti, le Musée des Arts Derniers accueille également conférences, débats, lectures pour tous publics, visites de scolaires, mais aussi des concerts (Les Cool Crooners en 2004), des spectacles de danse contemporaine (Cie Samuel Mwame), autour de l’art « dernier » au sens d’actuel, en petit séisme avec pour épicentre l’Afrique.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
28, rue Saint Gilles - 75003 paris
T/F : 01 44 49 95 70

- EQUIPE
Directeur : Olivier Sultan / museedesartsderniers@wanadoo.fr

- ACCES
Métro Chemin Vert - ligne 8
Bus 29

- HORAIRES
Ouvert du mardi au samedi de 11H - 19H

- TARIFS
Entrée libre
Pour des visites de groupe ou scolaires nous contacter

Voir en ligne : www.art-z.net