Lady & Gentleman Un témoignage de Stéphane Munnier

, par Stéphane Munnier

Je vis au Brésil depuis octobre 2003, dans la ville de Rio de Janeiro, où je suis venu pour apprendre la Capoeira Angola, lutte afro-brésilienne traditionnelle créée au Brésil par les africains déportés comme esclaves depuis le 16e siècle jusqu’au milieu du 19e siècle. À travers elle, la capoeira, je me suis rapidement passionné par la culture de ce peuple afro-descendant, son histoire et sa population. Participant et observant diverses manifestations populaires comme la samba de roda, le jongo, le tambour de criola... j’ai pu découvrir et sentir de près la beauté et la diversité du peuple qui bien souvent est oublié et opprimé par les codes sociaux et esthétiques.

Sans prétention j’ai donc commencé à photographier ma réalité dans ces nouveaux contextes au coté de mes amis, camarades de capoeira, maîtres et autres représentants de la culture populaire de matrice africaine, pour lesquels j’ai une énorme admiration et qui sont, en réalité, les vrais responsables pour la construction de ce travail photographique.

Bien que le Brésil soit le pays avec la plus grande population noire après le Nigéria, les effets de la colonisation et de l’esclavage sont encore énormément présents dans la société brésilienne.

Lady & Gentleman est un homage à Fela Anikulapo Kuti, musicien et activiste Nigérian qui luttait contre la colonisation intellectuelle de son peuple mais aussi une sorte de manifeste en faveur de l’identité de la population noire dans la société brésilienne. Dans ces deux chansons Fela dénonce le colonialisme et la non reconnaissance des racines et de l’identité africaine.

"I no be gentleman at all o ! I be Africa man original"
"Je ne suis pas un Gentleman je suis un africain"

et

"If you call woman, African woman no go ‘gree, She go say I be Lady o"
"Si vous appellez une femme, "femme africaine" elle n’accepte pas, elle dit qu’elle est une "lady"

Aujourd’hui encore, la population afro-brésilienne souffre des mêmes maux, de manque de reconnaissance et d’acceptation de son identité.

A travers cette série de photos j’ai voulu montrer que même en conservant et respectant leur culture et leur identité les hommes et femmes noirs brésiliens doivent être reconnus et acceptés comme personnes élégantes, modernes et très distinguées.

Les maquillages, tant sur le modèle féminin que sur le modèle masculin, symbolisent l’hommage à Fela Kuti et ses épouses activistes.

JPEG - 340.5 ko
Lady © Stéphane Munnier
JPEG - 125.6 ko
Lady © Stéphane Munnier
JPEG - 309.2 ko
Lady © Stéphane Munnier
JPEG - 172.7 ko
Lady © Stéphane Munnier
JPEG - 225 ko
Gentleman © Stéphane Munnier
JPEG - 150.3 ko
Gentleman © Stéphane Munnier
JPEG - 340.4 ko
Gentleman © Stéphane Munnier
JPEG - 219.9 ko
Gentleman © Stéphane Munnier

Photo : Stéphane Munnier
Look : Baobá Brasil
Production : Tenka Dara & Asumi Hiramoto
Models : Gessica Justino & Kanu Trinidade
Maquillage : Vê Carvalho