Le Maroc de Pierrot Men

JPEG - 102.2 ko

LE MAROC DE PIERROT MEN

exposition ouverte du mardi 08 au samedi 26 avril 2008

VERNISSAGE LE LUNDI 07 AVRIL / 18.00 —> entrée libre

Pierrot Men sera à l’honneur en avril au Centre culturel français Albert Camus de Madagascar pour une exposition exceptionnelle.

Pour la première fois depuis longtemps et grâce au soutien de CulturesFrance, du festival Timitar, de l’Institut français d’Agadir et du CCF de Madagascar, Pierrot Men a bénéficié d’une bourse « Visa pour la création » qui lui a permis de se confronter en septembre 2007 à un pays, à des coutumes, à une langue, à des pratiques, à des gens qu’il ne connaît pas.

Il transporte les visiteurs à l’autre bout de l’Afrique, dans un Maroc en plein Ramadan. Captant « ces signes étranges émis par les choses ordinaires », Pierrot Men propose une vision personnelle du pays, entre photo d’auteur et reportage humaniste.

UN VOYAGE AU MAROC /

Le 21 septembre 2007, Pierrot Men quitte Madagascar pour une terre qui lui est jusque-là totalement inconnue : le Maroc. Il a deux semaines pour photographier ce pays du Maghreb, deux semaines pour tenter de l’approcher, de mettre en images les sentiments, les impressions et les découvertes qu’il en retirerait.

Il poursuit depuis très longtemps un travail photographique directement en prise avec Madagascar, la plus grande partie de son activité s’étant concentrée autour de la Grande Île, de ses populations, de ses lumières. De plus, ses compatriotes malgaches lui facilitent beaucoup la tâche : il suffit souvent d’une simple salutation, de quelques mots, pour que surgissent une aisance, un naturel, un plaisir d’être face à l’appareil photographique. C’est donc avec une certaine appréhension qu’il foule le sol marocain en période de Ramadan.

Commence alors son travail de photographe : certaines personnes se laissent tout à fait prendre au jeu ; elles accueillent sa volonté de les prendre en photo avec une grande gentillesse. De même, si la première réaction est souvent le refus, voire la colère, il lui arrive, malgré la barrière linguistique, de pouvoir expliquer sa démarche, son parcours, son regard sur le monde, et d’être alors très chaleureusement accueilli… Mais ce n’est pas toujours le cas.

Pierrot Men adopte alors une autre attitude pour pouvoir prendre des photos : essayer de passer inaperçu, se fondre dans le décor, être un « photographe fantôme ».

Malgré les difficiles conditions de prises de vue avec lesquelles il doit s’accommoder, il est frappé par la beauté de ce pays marocain. Il y a bien sûr la lumière, qui est essentielle pour un photographe, une lumière extraordinaire. Et il y a aussi, pêle-mêle, la beauté des gens, des paysages, de l’architecture des villes, les couleurs que l’on rencontre aussi bien dans les souks, dans les rues, dans les campagnes ou dans les tenues vestimentaires…

JPEG - 67.4 ko

Il nous présente aujourd’hui le fruit de ce travail et souhaite à l’avenir confronter et partager deux manières de voir avec un photographe marocain - qui partira à son tour à Madagascar pour les mêmes raisons-, dans des dispositions où chacun, tour à tour, ne serait pas dans son « élément naturel », évoluerait dans des conditions de travail inhabituelles – ne serait-ce qu’au niveau linguistique.

Un Malgache qui pour la première fois pose le pied au Maroc, un Marocain qui découvre Madagascar, ce sont deux individus mis face à des hommes, des langues, des cultures, des passés, des pratiques religieuses, des relations sociales, des paysages, des lumières… avec lesquels ils ne sont pas familiers.

PIERROT MEN /

Né en 1954 à Midongy du Sud (Madagascar), Pierrot Men vit à Fianarantsoa où il dirige le plus grand laboratoire photographique du pays (le Labo MEN).

Lauréat du prix Leica Mother en 1994, Pierrot Men a un sens inné du reportage. Photographe reconnu internationalement, il expose chaque année ses photographies dans les principales villes de Madagascar, en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis.

Ses photos sont à l’image de la Grande Île : sans violence, ni passion. Juste une quiétude qui semble figée dans l’éternité.

Dans sa photographie, il y a toujours un point ou une ligne forte autour desquels s’organise l’image. Cette efficacité de l’œil à saisir et à organiser l’essentiel d’une réalité souligne l’importance de l’homme mis au centre de l’objectif et révèle la sensibilité du photographe pour les situations humaines particulières. Sans voyeurisme, il capte le meilleur du quotidien.

Comme Doisneau, son "maître", il nous présente un univers, son univers où les plus humbles sont les plus nobles.

| Exposition

Lieu

Centre Culturel Albert Camus

  • Madagascar

Service extérieur de l’Etat français rattaché au ministère des Affaires étrangères, localement, le Centre Culturel Français est placé sous l’autorité du Conseiller Chef du Service de Coopération et d’Action Culturelle.

Pour maintenir et renforcer la présence culturelle française, sa langue, ses créations culturelles, son savoir-faire, le CCAC se doit de remplir trois missions :
COOPERATION
Le CCAC, comme tout établissement culturel français à l’étranger, a pour mission d’être un lieu d’échanges et de dialogues entres les cultures du Nord et du Sud, de participer à des actions de formation, d’assister ses partenaires dans la définition de leur politique culturelle, d’accompagner les artistes et les opérateurs culturels et de participer à la mise en place de structures de diffusion donc globalement de participer à l’émergence du marché culturel, en étant aussi souvent que possible un partenaire privilégié des autorités institutionnelles et de la société civile. A ce titre, le CCAC contribue à la réflexion de la politique culturelle menée par le poste, a aidé à l’élaboration du Fonds de Solidarité Prioritaire « ART MADA » et fait partie de son comité de pilotage.

DIFFUSION
Le CCAC, véritable vitrine de la présence hexagonale, doit favoriser l’accueil des manifestations culturelles tant nationales que françaises, francophones ou européennes, de qualité, participer à des co-productions particulièrement avec les institutions culturelles de l’Océan Indien, relayant des projets pertinents en s’efforçant de les mettre en réseau.

COORDINATION REGIONALE
Le CCAC est le poste coordonnateur régional de la zone Afrique de l’est, Afrique australe et Océan Indien. A ce titre, il centralise et gère les moyens financiers affectés annuellement à cette zone par le MAE et par l’AFAA (Association Française d’Action Artistique), pour le compte des 24 pays concernés. Ce budget permet d’assurer la diffusion internationale de manifestations culturelles communes retenues lors de la réunion régionale annuelle des directeurs d’établissements culturels français qui se tient dans une capitale africaine ou de l’Océan Indien.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
14, avenue de l’indépendance bp 488 Antananarivo

- CONTACT
tel (0 20) 22 213 75 / 22 236 47
fax (0 20) 22 213 38
ccac@ccac.mg

Voir en ligne : http://www.ccac.mg