Le Percolateur Nouveau lieu dédié à la formation et à la diffusion de la culture photographique de l’epace méditerranéen

, par Afrique in visu

Un nouveau lieu s’ouvre au cœur de Marseille ce vendredi 7 septembre : Le percolateur
De passage cet été dans la cité phocéenne, nous sommes allés le visiter et rencontrer son directeur artistique Marco Barbon qui revient dans cette interview sur ce projet , sa programmation, son public.
Le Percolateur est à la fois un espace de formation, un centre de documentation, une plateforme pour des échanges artistiques et une résidence pour les photographes autour de la création photographique de l’espace méditerranéen. Un très beau projet prometteur à suivre dès cet automne.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis un photographe et théoricien de la photographie, je suis né à Rome et vis et travaille actuellement à Paris et à Marseille. Après des études de philosophie et de théorie de l’art, j’ai travaillé dans le staff de Magnum Photos, avant de me consacrer à mes projets photographiques, éditoriaux et pédagogiques.

Vous venez de monter un nouveau lieu à Marseille, Le Percolateur. Pouvez-vous nous en parler ?

JPEG - 78.1 ko

Le Percolateur est un lieu dédié à la formation et à la diffusion de la culture photographique. Sa vocation est de mettre en valeur et de soutenir la création photographique de l’espace méditerranéen à travers une démarche de formation, de communication et d’échanges artistiques et professionnels.
Le Percolateur se veut à la fois un espace de formation, un centre de documentation, une plateforme pour des échanges culturels et une résidence pour les artistes. Capitale Européenne de la Culture en 2013, Marseille est, à la fois par sa position géographique, son histoire et sa population, une ville-carrefour ouverte sur la Méditerranée. Bien qu’il existe déjà, dans cette ville, des espaces d’exposition et des lieux de formation consacrés à la photographie, il me semblait important de créer un nouvel espace ayant une vocation euro-méditerranéenne, capable d’attirer des personnalités de renom, de former des nouvelles générations de photographes et de professionnels de la photographie, tout en constituant une vitrine pour la création photographique en Méditerranée.

Quel est son fonctionnement ? Et son équipe ou son bureau ?

Le Percolateur fonctionne sur la base d’une structure associative. La présidente de l’association est Régine Détienne. Je suis responsable de la direction artistique du projet, Agnès Voltz à Paris et Coralie Bernard à Marseille s’occupent pour l’instant de la communication… l’équipe est en voie de constitution, nous attendons des aides des institutions et éventuellement de privés pour pouvoir fonctionner correctement.

Comment s’articule la ligne artistique du projet ?

De par son activité pédagogique et son implication dans la création photographique en Méditerranée, Le Percolateur se veut un lieu de rencontres, d’échanges et de création pour les photographes et les professionnels de l’image issus de tous les pays du bassin méditerranéen. Cette démarche s’inscrit dans la volonté de promouvoir la diversité et la richesse des cultures méditerranéennes, de favoriser les échanges entre ces cultures en faisant émerger des intérêts et des objectifs communs. Tous les versants de la photographie – aussi bien la photographie strictement documentaire que la photographie qu’on dit ‘plasticienne’ seront représentés, la seule ligne de démarcation étant la qualité du travail.
La programmation se base sur deux ‘saisons’ par an, l’une au printemps, l’autre à l’automne. A chaque saison seront invités des intervenants issus des différents pays du pourtour méditerranéen. Une table ronde sera organisée, à chaque saison, autour de la scène photographique d’un de ces pays : la Saison #01 affiche au programme une table ronde sur la photographie contemporaine au Maroc.

Pour quel public ?

Le Percolateur se donne pour mission de toucher un public le plus vaste possible, issu non seulement de Marseille et de la région PACA mais aussi des autres régions de France et - pourquoi pas ? - de l’étranger. Notre proposition culturelle, dans sa diversité, s’adresse aussi bien aux amateurs qu’à un public plus expérimenté : il s’agit à la fois de donner des outils à tous ceux qui veulent s’initier à la pratique de la photographie et de permettre aux professionnels d’acquérir des nouvelles compétences et de se confronter à d’autres visions.

Pourquoi l’envie de créer un lieu qui relie les deux rives de la méditerranée ?

Je trouve qu’il est important – je dirais même ‘urgent’ - de créer une dynamique culturelle trans-méditerranéenne. Les échanges culturels entre les pays de deux rives – ou plutôt, des différentes rives de la Méditerranée, car il n’y a pas que le Nord et le Sud - me paraissent, à l’époque historique que nous sommes en train de vivre, essentiels.

Y aura-t-il des partenariats avec d’autres lieux en France et autour de la méditerranée ?

Naturellement, nous souhaitons rentrer en résonance avec d’autres lieux consacrés à la photographie déjà actifs en France et dans les autres pays du pourtour méditerranéen. C’est l’un de nos objectifs principaux.

JPEG - 112.8 ko

Le Percolateur accueillera chaque année, un photographe en résidence. Comment se passera la sélection ? Et sur quoi portera cette résidence ?

La résidence aura lieu une fois par an au printemps et accueillera pour une durée d’un mois un/e photographe d’un des pays du pourtour méditerranéen. Un pays différent sera représenté chaque année. Le choix se fera sur la base de la qualité du regard, avec une préférence pour les photographes dont le travail n’est pas encore assez connu en France.
Le/la photographe en résidence sera invité/e à réaliser un travail sur la ville de Marseille, travail qui sera exposé ensuite pendant trois mois dans les locaux du Percolateur et éventuellement dans d’autres lieux à Marseille et dans la région. Des activités pédagogiques hors-les-murs, notamment auprès des écoles et des bibliothèques de la région, seront organisées autour de cette résidence.

Le lieu ouvre tout début septembre au public. Quels seront les évènements marquant de cet automne ?

La soirée d’ouverture du Percolateur aura lieu le vendredi 7 septembre. La Saison #01 – du 14 septembre au 28 octobre 2012 - affiche une programmation de stages, conférences, rencontres avec les photographes et lectures de portfolios. Je ne citerai que quelques noms d’intervenants : Patrick Zachmann, Franco Zecchin, Bernard Plossu, Dominique Gaessler, Marta Daho, Carolle Benitah, Wassim Ghozlani... Je vous laisse découvrir les détails de la programmation sur notre site internet : www.lepercolateurphoto.net

Voir en ligne : www.lepercolateurphoto.net