Les identités féminines d’Héla Ammar

, par Jeanne Mercier

En 2011, quelques mois après la chute de Ben Ali, je rencontre dans le cadre d’un workshop organisé par Shutter Party à Tunis tout un groupe de photographes dont l’artiste Héla Ammar. Déjà alors, elle explorait deux de ses thèmes de prédilection : la représentation des identités féminines dans les cultures arabes méditerranéennes et la notion d’enfermement.
Quelques années plus tard, deux nouvelles séries ont vu le jour récemment : Hidden Portrait et Transe. Réalisées en studio, elles s’inscrivent dans une démarche introspective pour privilégier une réappropriation de la mémoire collective tout en mêlant les deux thèmes qui lui sont chers.

Héla Ammar n’est pas figée dans une iconographie orientaliste. Elle la détourne, se l’approprie et déplace notre regard. A travers les portraits de la série Hidden Portraits, on observe une femme posant de dos sur fond de zelliges typiquement tunisiens portant des habits traditionnels masculins. Chaque habit de couleur clair est différent et une coiffure y est associée. Ces images sont comme des réponses aux traditions parfois imposées. Rappelant que celles-ci continuent à s’inscrire dans les propre corps des femmes. Ici encore elle souligne l’enfermement dicté par les traditions.

Dans sa deuxième série, Transe, la femme semble s’être libérée du carcan masculin en renouant avec les danses ancestrales du Maghreb. En surimpression sur les mêmes fonds, on la voit flottant tel un mirage, s’échappant.
Prochainement on pourra découvrir l’exposition et le livre photo « Corridors » sur l’univers carcéral tunisien dès février à la Maison de l’Image.
Dès mai 2015, certaines de ses œuvres seront présentées dans l’exposition collective "Traces ; fragments d’une Tunisie contemporaine", au MUCEM à Marseille

BIOGRAPHIE

Héla Ammar est née à Tunis en 1969. Elle est artiste visuelle, Docteur en Droit et universitaire. Co-auteur d’une enquête sur les couloirs de la mort en Tunisie, elle a récemment développé un ensemble d’installations sonores et visuelles dépeignant pour la première fois l’univers carcéral tunisien. S’inspirant de son quotidien, elle a souvent choisi de se mettre en scène, pour s’exprimer sur des sujets qui participent à cerner les contours d’une identité féminine sans cesse en mouvement. Plus généralement, son travail photographique, ne cesse de questionner la notion d’identité par-delà les références et conventions sociales, politiques et religieuses.
Depuis 2003, Héla expose régulièrement en solo et en groupe en Tunisie et à l’international - les 27èmes Instants Vidéo (Festival numérique et poétique, Marseille 2014), le World Nomads (New York City 2013), Les rencontres photographiques d’Arles ((Off 2013), Le Printemps des Arts Fair (Tunis 2012), The Harassment Exhibition, (Darb Center, Cairo 2012), les Rencontres de Bamako (Printemps arabes, Mali 2011), Dream City 2012 et 2010, Marrakech Art Fair 2010, Art Dubai 2008, Biennale de Barcelone 2007, Art Paris AbuDhabi 2007.

Cet article a été publié surl’Oeil de la photographie, le 21 janvier 2015.

JPEG - 173.2 ko
Hidden Portrait I © Héla Ammar 2014
JPEG - 421 ko
Hidden Portrait II © Héla Ammar 2014
JPEG - 235.9 ko
Hidden Portrait III © Héla Ammar 2014
JPEG - 264.2 ko
Hidden Portrait V © Héla Ammar 2014
JPEG - 268.6 ko
Hidden Portrait VI © Héla Ammar 2014
JPEG - 202.1 ko
Transe I © Héla Ammar 2014
JPEG - 176.6 ko
Transe II © Héla Ammar 2014
JPEG - 162.8 ko
Transe III hélaammar 2014
JPEG - 210.5 ko
Transe IV © Héla Ammar 2014
JPEG - 157.8 ko
Transe V © Héla Ammar 2014
JPEG - 161.5 ko
Transe VI © Héla Ammar 2014

Voir en ligne : www.helaammar.com