Les rêves n’ont pas de titre

/ Zineb Sedira

Le [mac] musée d’art contemporain de Marseille présente du 19 novembre 2010 au 27 mars 2011 la première exposition rétrospective de l’artiste Zineb Sedira.

L’exposition “Les rêves n’ont pas de titre” rassemble les vidéos, les photographies et les installations réalisées par Zineb Sedira entre 1995 et 2009.

Articulée en chapitres, l’exposition suit un déroulement chronologique qui conduit des premières œuvres nettement autobiographiques de l’artiste –
liées à sa position de française d’origine algérienne vivant au Royaume Uni – jusqu’à sa réflexion plus récente sur les enjeux des déplacements humains
et les mirages de notre monde globalisé.

JPEG - 83.8 ko
Framing the view III © Zineb Sedira

“Les rêves n’ont pas de titre” s’ouvre sur Scream of Liberation (1995) et Autobiographical Patterns (1996), deux vidéos affirmant une revendication
culturelle et identitaire. L’exposition continue avec un ensemble d’oeuvres plus directement lié à la relation qu’entretient Zineb Sedira avec les membres
de sa famille. Mother Tongue (2002) met en scène le changement de langue maternelle sur trois générations : l’arabe de la grand-mère, le français de la mère (Zineb Sedira elle-même), et l’anglais de sa fille. Dans la triple projection Mother, Father and I (2003), l’artiste écoute ses parents lui raconter leurs souvenirs de la guerre d’Algérie, une expérience douloureuse, mais aussi cathartique et constructive.

Avec les films Saphir (2006) et MiddleSea (2008), Zineb Sedira se détache de l’esthétique documentaire de ses premières oeuvres pour adopter une approche plus narrative et poétique. La Méditerranée y est omniprésente, un espace de possibles qui lie tout autant qu’il sépare. Floating Coffins (2009), une spectaculaire installation vidéo tournée dans un cimetière de bateaux à Nouadhibou en Mauritanie, est le point d’orgue de l’exposition. Zineb Sedira présente sur une myriade d’écrans cette bande de désert au bord de l’océan, lieu de transit pour les oiseaux migrateurs comme pour les hommes qui essayent d’embarquer pour les Canaries. On y rêve parmi les épaves.

Le travail de Zineb Sedira a une résonance toute particulière à Marseille, ville portuaire, façonnée au gré des différentes vagues d’immigration et marquée par son rôle important pendant la période coloniale. Il contribue au débat sur le patrimoine méditerranéen que partagent la France et l’Algérie, en considère les blessures profondes, et propose par son évolution de les dépasser.

Lauréate de la première édition du SAM Art Prize, Zineb Sedira exposera l’oeuvre Gardiennes de Mémoire à partir du 2 décembre au Palais de Tokyo à Paris. Toujours en décembre, Zineb Sedira présentera deux nouvelles pièces dans l’exposition inaugurale Told, “Untold, Retold” du Mathaf, Arab Museum of
Modern Art de Doha au Qatar.

Zineb Sedira, née à Gennevilliers en 1963, vit à Londres depuis 1986. Elle travaille à Paris, Londres et Alger.

Parmi les expositions personnelles consacrées à Zineb Sedira en 2010 : “Under the Sky and Over the Sea”, Kunsthallen Nikolaj, Copenhagen, Denmark ; “MiddleSea”, Prefix Institute of Contemporary Art, Toronto, Canada ; “Zineb Sedira”, Musée National Pablo Picasso, La Guerre et la Paix, Vallauris,
France et “Zineb Sedira : Currents of Time”, Rivington Place, Londres.
Elle a participé à de nombreuses expositions de groupe, notamment “Global Feminism”, Brooklyn Museum, NY, USA (2007) ; “Around the world in
80 days”, ICA, Institute of Contemporary Art, UK (2006) ; “British Art Show 06”, Baltic, Gateshead (2006) et “Africa Remix”, Museum Kunst Palast,
Düsseldorf, Centre Pompidou, Paris et Hayward Gallery, Londres (2004).

- Commissaire associée Coline Milliard
- Coproduction Marseille-Provence 2013

Lieu

Musée d’Art Contemporain de Marseille

Installé dans un bâtiment construit dans les années 70 et offert à la Ville de Marseille par le Docteur Rau, le [mac], Musée d’Art Contemporain de Marseille, a ouvert ses portes le samedi 28 mai 1994.
La collection contemporaine des musées de Marseille dont le [mac] est en charge de regrouper des œuvres des années 60 à nos jours. Afin de pouvoir offrir un large panorama de l’art vivant, le [mac], parallèlement aux acquisitions et aux dons d’artistes, accueille non seulement des dépôts du Fonds National d’Art Contemporain, du Frac Provence Alpes Côte-d’Azur et de la Caisse des Dépôts et Consignations, mais également de collectionneurs et de galeries privés. Ainsi une quarantaine d’œuvres majeures de la Collection Reinhard Onnasch Berlin, sont venues fin 1997 enrichir la collection du musée.
Les expositions temporaires n’occupant pas nécessairement tous les espaces, le musée propose tout au long de l’année plusieurs accrochages à partir de la collection.
Outre les 2500 m2 consacrés aux expositions, le [mac] abrite également le Centre de Documentation Ernst Goldschmidt ouvert au public les mardis, mercredis, jeudis et vendredis de 11 h à 17 h qui réunit quelques 25 000 ouvrages d’art contemporain, et édite "catalogus", trimestriel rendant compte des 300 parutions qui enrichissent en moyenne le fonds de façon régulière durant trois mois.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
69, avenue d’Haïfa
Marseille (France)

- CONTACT
Tel : 04 91 25 01 07
Mail : dgac-mac@mairie-marseille.fr

- HORAIRES
Ouvert tous les jours
de 10h à 17h du 01/10 au 31/05
de 11h à 18h du 01/06 au 30/09.
Fermeture hebdomadaire le lundi et les jours fériés.

Voir en ligne : www.mairie-marseille.fr