Madagascar : une transition difficile. un reportage de Rijasolo

, par Rija solo

Le photographe Rijasolo nous plonge au cœur de Madagascar lors du renversement politique en mars 2009. Un retournement de situation qui a marqué l’ïle et provoqué des émeutes qui ont duré 3 mois. A travers sa saisissante série "Madagascar : une transition difficile" , il nous fait revivre ce moment fort de l’actualité et un changement majeur dans l’histoire politique du pays.

JPEG - 42 ko
Discours de Rajoelina au palais présidentiel de Lavoloha © Rijasolo

Contre toute attente, Andry Nirina Rajoelina, 34 ans, maire d’Antananarivo, ancien DJ ayant rapidement fait fortune dans la pub (d’où son surnom d’Andry TGV ), renverse le Président de la République de Madagascar Marc Ravalomanana, après une grave crise qui aura duré 3 mois et fait officiellement plus d’une centaine de morts.
Le 17 mars 2009, avec l’aide de militaires mutins, il devient Président de la Haute Autorité de la Transition (HAT).
Andry Rajoelina semble vouloir un rapide et ferme redressement du pays. Il est vrai qu’il y a urgence car la situation est catastrophique : à la 143ème place (sur 177) selon l’Indice de Développement Humain, Madagascar demeure l’un des pays les plus pauvres du monde depuis très longtemps. 70% de ses 20 millions d’habitants vivent avec moins d’un dollar par jour. La tâche est d’autant plus difficile qu’il doit compter avec la pression des « légalistes », les partisans de Ravalomanana qui est en exil sur le continent africain, et la communauté internationale qui s’est opposée au coup d’Etat. Madagascar n’a d’ailleurs jamais été aussi seul au monde depuis que les grandes organisations comme l’Union Africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie ou la SADC lui ont retiré ses sièges. Les principaux investisseurs et bailleurs de fond étrangers qui permettaient à Madagascar de se maintenir à flot ont également tous précipitamment quitté le pays.