Mascarades et carnavals

/ Exposition collective

Commissaire de l’exposition : Christiane Falgayrettes-leveau

L’Année des Outre-mer offre une opportunité exceptionnelle au musée dapper : réunir pour la première fois dans une manifestation prestigieuse arts d’Afrique et créations des Caraïbes. Ce projet répond parfaitement à sa vocation.

En Afrique, des festivités marquent régulièrement la fin de l’initiation qui prépare les adolescents à devenir des adultes. De même, l’intronisation d’un roi ou d’un chef, la célébration des récoltes, la commémoration des défunts constituent autant de prétextes pour l’organisation rituelle de réjouissances. Les masques font alors leur apparition et déambulent aux yeux de tous, inspirant émoi et fascination.

Les mascarades suscitent, par ailleurs, la ferveur de ceux qui assistent aux importants festivals annuels et aux grands rassemblements.
Ces derniers sont organisés principalement pour des événements exceptionnels – l’élection d’un chef d’État, la venue d’un hôte étranger de marque, par exemple.

Ailleurs, dans les Amériques et, notamment, dans les Caraïbes, ce sont les carnavals qui offrent aux populations la possibilité de partager, chaque année, des moments forts. Ces manifestations se nourrissent des carnavals européens traditionnels, encore très vivaces, et puisent une part de leur inspiration dans des cérémonies et des fêtes propres à des sociétés non occidentales.

Au-delà de leurs spécifi cités, mascarades et carnavals se vivent comme des rituels au sein desquels s’édifi ent et se structurent des communautés.
Cette orientation fonde la thématique de l’exposition et de l’ouvrage qui l’accompagne. Ainsi se trouvent soulignées les caractéristiques essentielles des sorties de masques et des pratiques carnavalesques avec leurs enjeux, symbolique / religieux, sociétal, politique et esthétique.

Pour l’Afrique subsaharienne, le corpus comprendra principalement des masques, aux visages en bois, d’une grande diversité, et où les traits humains se mêlent fréquemment à des références issues du monde animal.
Ces pièces seront présentées souvent dans leur intégralité, avec leurs étonnants costumes composés de fi bres ou de plumes, comme la sculpture du Museum für Völkerkunde de Munich (1). Parfois, les oeuvres témoigneront de l’originalité de certaines formes d’expression qui privilégient l’assemblage de tissus dont l’egungun des Yoruba (Bénin, Nigeria) est un exemple intéressant (2).

Oubliant les costumes à paillettes, les Caraïbes seront investies essentiellement
à travers quelques mas – figures réalisées pour le temps du carnaval avec des matériaux naturels, comme la Maryann la po fig et le mas a kongo (3) faits de feuilles de bananier – et d’autres objets appartenant au monde de la récupération, à l’instar d’un Diable rouge dont la tête peut être constituée d’un casque de moto, de grillage, de miroirs, de cornes de boeuf et de bien d’autres choses encore (4).
Cet univers de la performance sera également évoqué grâce à des photographies
et à des vidéos qui révéleront des atmosphères particulières où gestuelle, musique et parole scandent les parades et les défilés.

Figure traditionnelle du carnaval antillais et guyanais, Vaval occupera une place privilégiée dans l’exposition : c’est à travers lui que s’expriment, sur le mode de la dérision, les préoccupations et les revendications sociales, politiques des citoyens. Réalisant depuis plusieurs années le gigantesque Vaval de Fort-de-France, le plasticien Hervé Beuze a créé pour le musée Dapper ce personnage emblématique sous la forme d’une installation.

Exposition conçue et réalisée par le musée Dapper
avec les conseils de Marie-Denise Grangenois et de Michel Agier.

Avec le soutien de "2011 Année des Outre mer"

Le livre
Mascarades et Carnavals
Ouvrage collectif, sous la direction de Christiane Falgayrettes-Leveau (directeur du musée Dapper), avec la collaboration scientifique de Michel Agier (ethnologue et anthropologue, directeur de recherche à l’IRD et directeur d’études à l’EHESS)
Éditions Dapper – parution : octobre 2011
Broché : 33 € – ISBN : 978-2-915258-30-1
Relié sous jaquette : 40 € – ISBN : 978-2-915258-31-8

| Exposition

Lieu

Musée Dapper

  • France

La Fondation Olfert Dapper - du nom d’un humaniste néerlandais du XVIIe siècle, auteur, sans jamais avoir quitté son pays, d’une encyclopédique Description de l’Afrique publiée en 1668 - a été créée en 1983, à Amsterdam, sous l’impulsion de Michel Leveau, son président.

L’objectif de cet organisme privé était d’aider, par l’organisation d’expositions et l’attribution de bourses de recherche, à la connaissance et à la préservation du patrimoine artistique de l’Afrique subsaharienne.

Émanation de la Fondation, le musée Dapper s’est ouvert, sous la direction de Christiane Falgayrettes-Leveau, en 1986. Depuis novembre 2000, il a investi un nouveau lieu, doté d’une salle de spectacle, d’une librairie et d’un café. Depuis son ouverture, plus de quarante expositions furent présentées.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
35 bis, rue Paul Valéry
75116 Paris

- CONTACT
Nathalie Renez, Aurélie Hérault
01 45 02 16 02
01 45 00 07 48
E-mail : comexpo[@]dapper.com.fr

- HORAIRES
ouvert tous les jours, sauf le mardi et le jeudi
de 11 h à 19 h

Voir en ligne : www.dapper.com.fr