Mayotte 101 Un témoignage de David Lemor

, par David Lemor

En avril 2011 l’île de Mayotte, petit territoire volcanique de l’Océan Indien, devenait le 101éme département français et le cinquième d’Outre-Mer selon la volonté de 93 % des Mahorais. En 2012 lorsque je m’y rends pour rencontrer et photographier ces nouveaux français, les effets de la départementalisation sont difficilement appréciables et pour cause les Mahorais ne vont pas accéder d’emblée à cette pleine citoyenneté avec tous ses droits et ses devoirs. Une période transitoire de vingt-cinq ans est prévue pour réévaluer le smic, harmoniser les lois, les avantages sociaux, et la fiscalité... un chantier colossal qui semble pourtant ne pas être La priorité du gouvernement Français. Des millions d’euros sont pour l’instant dépensés pour combattre l’immigration intense des îles voisines vers Mayotte depuis 10-15 ans et qui ne cesse de s’amplifier depuis 3 ans.
L’archipel des Comores est composé de 4 îles dont Mayotte qui est la seule a être rattachée à la France. Elle est donc un eldorado pour le reste des Comores poussant des milliers de Comoriens à risquer leur vies (7000 morts en 12 ans) dans des embarcations non adaptées pour venir profiter eux aussi des avantages sociaux de Mayotte, la Française...
Depuis la politique d’immigration fortement renforcée par le gouvernement Sarkozy, Mayotte détient le triste record du nombre d’expulsions du territoire français avec bien-sûr son lot de drames et de dérapages...

JPEG - 413.9 ko
© David Lemor
En attente de la barge pour rejoindre « petite terre » (aéroport) – Mamoudzou
JPEG - 246.4 ko
© David Lemor
Ahmdi – Aqua, Entre L’île de Mayotte et l’île de La Réunion ou ses enfants se trouvent actuellement.
JPEG - 347.3 ko
© David Lemor
Monsieur J. – vit du commerce de « Plantes interdites »...
JPEG - 349.5 ko
© David Lemor
Plage de Mtsahara - Jeune Mahorais attendant son père pour la pêche.
JPEG - 372.4 ko
© David Lemor
Laïny – Koungou. La société mahoraise est matriarcale .La femme est le pivot de la famille, elle possède les terres , est responsable de la gestion du budget et de l’éducation des enfants. Seule l’ascendance par les femmes est prise en compte pour la transmission du nom, des statuts et des biens.L’homme vient habiter dans la famille de son épouse . l’époux est un comme un « étranger » ,« un invité »...
JPEG - 351.2 ko
© David Lemor
Rampan, Comme 30% de la population, est au chômage.
Bientôt quinquagénaire ,il travaille parfois sur des petits chantiers pour quelques euros par jour. La main d’oeuvre Comorienne étant beaucoup moins chère pour ne pas dire gratuite . (Pour ne pas payer ces Comoriens en Situation irrégulière, certains employeurs n’hésitent pas à les menacer de les dénoncer à La Police). Depuis 2013 le RSA mahorais s’élève à 180e contre 500e en métropole.
JPEG - 334.8 ko
© David Lemor
Anicha à la sortie du Madrassa. - Jeune Mahoraise de 11ans qui à depuis rejoint sa mère sur l’île de La Réunion pour y continuer sa scolarité. 95 % De la population Mahoraise est musulmane et les enfants doivent suivre quotidiennement les cours coraniques au madrassa.
JPEG - 446.4 ko
© David Lemor
Banga - case en taule typique que les jeunes garçons de la famille doivent construire, à la puberté , pour prendre leur indépendance.
JPEG - 214.1 ko
© David Lemor
Mlle M – Majicavo. Survit en vendant ses charmes.
JPEG - 316.8 ko
© David Lemor
Raphaël - Koungou. Fils d’une Comorienne et d’un Mahorais , Il vit depuis moins d’un an sur l’île de La Réunion où il a rejoint son père actuellement sans emploi.
JPEG - 367.7 ko
© David Lemor
Paki – Jeune Comorien en situation irrégulière depuis quelques années ,hébergé dans le banga d’ un Mahorais. Un habitant sur 3 est comorien donc en situation irrégulière à Mayotte.
JPEG - 294.4 ko
© David Lemor
Ile de Chissioua M’stamboro - Nord/Ouest dans le lagon de Mayotte - Un des lieux symboliques du problème d’immigration intense que vit Mayotte depuis des décennies
avec les Comores . Les immigrés clandestins Comoriens sont souvent déposés ici par les passeurs
évitant les vedettes de polices qui patrouillent sans cesse. Les Comoriens livrés a eux même peuvent
séjourner là pendant plusieurs jours ou plusieurs semaines parfois , en attendant une solution pour
rejoindre l’île de Mayotte a 10kms.

Voir en ligne : www.davidlemor.fr