Menace sur le poumon vert de l’Afrique centrale

, par Alain Wandimoyi, Collectif Generation Elili

J‘utilise l’expression photographique pour offrir une réflexion sur la relation entre l’homme, la forêt et la gestion de l’environnement en Afrique Centrale en général et en RDC et au Congo Brazza en particulier.

La forêt joue un rôle important sur l’homme et la nature, mais les besoins énergétiques et la pauvreté obligent les personnes riveraines à couper les arbres d’une façon abusive. Pourtant, le monde entier met tous ses espoirs sur les essences de l’Afrique centrale.

Le principal bénéficiaire, les pays occidentaux exploitant le produit des forêts africaines ne tiennent pas compte des besoins des villageois et ne mettent pas en place de projets de développement. Alors, ces derniers accentuent la coupe de bois pour la fabrication de charbon, de planches et le bois de chauffage sans tenir compte de la menace de réchauffement climatique. Pourtant, aujourd’hui c’est l’un des principaux sujets de plusieurs conférences qui tentent de trouver une solution aux problèmes climatiques qui menacent le monde.
La forêt de l’Afrique centrale constitue l’une des plus grandes réserves du monde entier. Que va devenir le monde puisque les forêts de l’Afrique Centrale sont en train d’être dévastées à petit feu ?

A Brazzaville, comme partout à ailleurs dans la région, on tente de contourner cet écocide par la création de réserves de forêts dans le milieu urbain. Cela est la preuve que les dirigeants dans le pays du sud tiennent compte de la protection de forêt comme source de vie.