Night and day in Kinshasa 1951 - 1975

/ Jean Depara

exposition Rétrospective / Sortie de son livre POCHE
Inauguration Mardi 11 octobre 2011 de 16.00 à 21.00

Les villes en Afrique des années 1950-70 sortent de la colonisation pour aller avec certitude vers la joie de leur indépendance.

JPEG - 52.6 ko
Jean Depara - Série : Les nuits de Kinshasa1951 - 1975 - Gelatin silver print © JEAN DEPARA / Courtesy Galerie Maison Revue Noire

Chacun vit ces moments où enfin la modernité du monde est accessible, sans soucis de Blanc ou de Noir. À Léopoldville, devenue Kinshasa, cela passe par l’« American way of life », ses belles voitures et la mode des sapeurs en tenue de cow-boy (Bill ou William Scott), la guitare électrique, le saxo et des musiques qui mêlent rumba congolaise, jazz, highlife, bigband… Les bandes de jeunes Kinois avec chacune un style vestimentaire et leurs muses féminines, fréquentent les innombrables bars-dancings, soutenant un groupe musical. Les athlètes, fiers de leurs corps, paradent devant leurs admiratrices à la piscine du Complexe sportif de la Funa, haut lieu multiracial de détente et de rencontre.

C’est le décor et la vie que nous fait partager le photographe Depara dans chacune de ses images. Et on comprend vite que Depara ne prend que des photos de coeur, où l’on sent la sensualité à chaque regard capturé.

JEAN DEPARA

(de son vrai nom Jean Lemvu devenu Aboubacar Lemvu après sa conversion à l’islam)
né en 1928 à Kbokiolo (Angola)
décédé en 1997 Kinshasa (R.D.Congo)

Jean Depara rejoint en 1951 la capitale du Congo-Belge, Léopoldville (futur Kinshasa) et vit de divers métiers : cordonnier à l’usine Bata, réparateur de montres et d’appareils photo… Depara est aussi photographe avec son appareil Adox 6x6 acheté à l’occasion de son mariage en 1950.

De jour comme de nuit, de 1951 à 1975, Depara photographie l’ambiance des bars-dancings et des clubs mais aussi les athlètes et les bandes de jeunes sapeurs. La mégapole est alors la ville d’Afrique d’où la musique se propage à travers le continent et le reste du monde. C’est l’ami de tous les musiciens et plus particulièrement de Franco, futur maestro de la rumba zaïroise, qui lui demande en 1954 d’être son photographe attitré. Et c’est le décor et la vie que nous fait partager le photographe Depara dans chacune de ses images. Il court dans ces univers dont il est lui-même l’un des animateurs : avec son appareil, il est là au
même titre que les filles, les amoureux épris, les musiciens, les barmaids affriolantes du Kongo Bar ou de l’Opika, du Champs-Elysées ou de La Perruche Bleue.

En 1956, Depara ouvre un studio qu’il nomme avec humour le “Jean Whisekys Depara”, autant pour répondre aux demandes que pour « finaliser » certaines opérations de séduction. Il le fermera en 1966 tant sa vie, son plaisir de photographier passent par l’extérieur avec ses amis, ses copains et ses conquêtes. À
cette époque, il vit confortablement, avec voiture décapotable et villa.

Dans les années 1970, les temps deviennent plus difficiles. Depara n’aime pas la couleur qui « fait des images sans relief », dit-il. Il n’aime pas les laboratoires photos automatiques qui ont envahi la place avec des prix de plus en plus bas. Et le dilettante qu’est Depara refuse ce combat commercial à la petite semaine.

En 1975, période de « Zaïrianisation » du pays, beaucoup d’européens quittent le pays et libèrent des postes. Il devient alors photographe laborantin du Parlement. À 50 ans, une autre vie commence pour Depara. On peut parler de la fin de sa jeunesse : il met sa gentillesse au service du compagnonnage des photographes officiels. Quand Depara prend sa retraite en 1989, il abandonne la photographie.
En 1996, ses photographies sont publiées dans le magazine Revue Noire sur Kinshasa. Il décède une année après, laissant encore danser ses photographies dans le cœur des Congolais et du reste du monde.

La galerie Maison Revue Noire présente pour la première fois 100 photographies noir et blanc (Gelatin silver print) de Jean Depara, 1951-1975, tirées d’aprés les négatifs originaux 6x6 et 6x8 cm.

Édition du livre JEAN DEPARA en collaboration avec les Éditions La Fabrica de Madrid. [13x18 cm, 108 pages, 75 photographies en bichromie, texte de J.L. Pivin et P. Martin Saint Leon]

| Exposition

Lieu

La Revue Noire

Il était une fois Revue Noire par...

... Jean-Loup Pivin, Simon Njami, Pascal Martin Saint Leon …

Polyphonie de l’histoire, la petite et la grande histoire de Revue noire. Anecdotique, théorique, cette histoire raconte une aventure humaine qui s’est risquée à être libre de beaucoup de préjugés. Et c’est probablement sa principale qualité, sans réelle autre prétention.

Pour ce, entre « nous », nous racontons "Il était une fois Revue Noire par …", chacun à sa façon et de façon ouverte. Cette histoire n’est pas écrite, elle est à écrire par bribes et par des mains différentes dont voici aujourd’hui les premiers éléments. A terme il pourra y avoir des perceptions contradictoires de faits et des jugements. Il s’agit bien de notre histoire, par ceux qui l’ont faite, par ceux qui s’en sont approchés, par ceux qui l’ont simplement observée.

REVUE NOIRE est située à Montparnasse, entre la rue Daguerre et la rue Froidevaux, à quelques mètres de l’avenue du Maine. A proximité de la Fondation Cartier du Bd Raspail et de la Fondation du photographe Henri Cartier-Bresson, on y accède par les stations de métro les plus proches Gaité ou Denfert-Rochereau, ou à peu de distance Montparnasse, Vavin ou Edgar Quinet. Ou encore en autobus, par toutes les lignes ’90... arrivant à la gare Montparnasse.

L’espace de 250m2 propose plusieurs fois par an des manifestations artistiques pluridisciplinaires offrant aux visiteurs une ambiance révélatrice d’un thème ou d’une idée, mêlant œuvres plasticiennes, images animées, espaces sonores, réflexions imagées...
L’équipe de REVUE NOIRE est aussi à votre écoute pour l’achat d’une œuvre, repérée pendant une exposition, sur le site internet ou dans la boutique de vente d’objets en édition limitée, complétant la librairie des publications REVUE NOIRE.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
Revue Noire
8 rue Cels
75014 Paris

- CONTACT
Tél. 33 [0]1 4320 2814
Fax 33 [0]9 7212 6800
redaction@revuenoire.com

Voir en ligne : www.revuenoire.com