Ougadougou Lundi 23 mai 2011 Soulèvement des élèves burkinabé en soutien à la grève de leurs professeurs

, par Sophie Garcia

A pied et à vélo, après avoir défilé pacifiquement dès 07h, les jeunes collégiens et lycéens de la capitale ont bloqué les avenues du centre ville et demandé à être reçu par le professeur Albert Ouédraogo, actuel ministre de l’Enseignement. Suite au rejet de leur demande, les élèves perdent patience et s’attaquent aux bureaux de son ministère.

Le ministre les recevra quelques heures après, dans l’enceinte même du hall saccagé.
Les élèves ont reconduit leur mouvement le lendemain, ils souhaitent que soient débloqués plus de moyens pour l’éducation au Burkina et refusent de louper leurs examens en raison de l’attitude de l’Etat envers les enseignants. Ces derniers réclamaient le paiement de leurs indemnités et la réduction des effectifs dans les classes. Après plusieurs réunions de négociations entre les syndicats de l’enseignement et le gouvernement, les professeurs ont décidé de reprendre les cours le lundi 30 mai, obtenant quelques maigres avancées de la part des autorités. "Nous devons tous remercier les élèves, c’est grâce à eux que nous avons été entendu" clamera un enseignant en assemblée.

JPEG - 126.8 ko
© Sophie Garcia
JPEG - 155.6 ko
© Sophie Garcia
JPEG - 169.3 ko
© Sophie Garcia
JPEG - 149.4 ko
© Sophie Garcia
JPEG - 156.8 ko
© Sophie Garcia
JPEG - 155.6 ko
© Sophie Garcia
JPEG - 148.5 ko
Devant le Lycée Philippe Zenda Kabore, un des établissement les plus mobilisés pendant cette journée d’action. © Sophie Garcia
JPEG - 146.6 ko
Des bus ont été réquisitionnés par les élèves afin d’emmener rapidement un maximum de jeunes devant le Ministère de l’Enseignement. © Sophie Garcia
JPEG - 106.3 ko
Le Professeur Albert Ouédraogo, ministre de l’Enseignement, tente de calmer les élèves devant l’entrée de son ministère, saccagée une heure avant. © Sophie Garcia
JPEG - 83.4 ko
© Sophie Garcia

Voir en ligne : www.sophiegarcia.net