Sud Paris

/ Exposition collective

  • Goddy Leye (Cameroun, installation vidéo)
  • Maksaens (Haïti, vidéo)
  • Alain Polo (RDCongo, photographie)
  • Rina Ralay Ranaivo (Madagascar, vidéo)
  • Hervé Yamguen (Cameroun, dessin)

L’exposition est le premier volet (sur 3) du projet _trans- vise à mettre en réseau les acteurs culturels des pays de la zone ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et faire émerger et diffuser de nouveaux talents.
_trans- réunit 4 acteurs :
Doual’Art (Cameroun, salon urbain Sud 2010)
30 et presque songe (Madagascar, biennale culturelle)
AfricAmerica (Haïti, forum interdisciplinaire)
Revue Noire (France, expressions culturelles du monde)

et est réalisée avec le programme du groupe des États ACP financé par l’Union européenne.

Goddy Leye

JPEG - 30.3 ko
© Goddy Leye

Né en 1965 au Cameroun. Vit et travaille au Cameroun.
Après avoir étudié la littérature et la philologie à l’université de Yaoundé (1986-1991), Goddy Leye travaille entre 1987 et 1992 dans l’atelier de l’artiste et historien d’art Pascal Kenfack, référence fondamentale dans sa formation critique et théorique sur l’art contemporain africain.
Il poursuit sa formation au National Institute of Arts, Bamako, Mali (1994) ; au ZKM Centre for Art and Media Karlsruhe, Allemagne (1997) ; au 18th Street Arts Complex, Santa Monica, Californie (1999) et à la Rijksakademie van Beeldende Kunsten, Amsterdam, Pays-Bas (2000).
Son œuvre s’articule autour des thèmes de la mémoire, du contexte post-colonialiste en Afrique et de la construction et de l’oubli de l’Histoire.
goddyleye.lecktronix.net

Maksaens Denis

Né en 1968 à Port-au-Prince. Vit et travaille en Haïti.
Réalisateur de film, premier artiste multimédia d’Haïti. Fils de pianiste, il grandit dans l’univers de la musique classique. Violon, flûte traversière, piano, théorie musicale, rythmique, accompagnent ses cours primaires et secondaires.
Sa passion pour l’image se révèle au cours de son adolescence, tandis qu’il vient de créer avec d’autres jeunes "Mizik Mizik" un groupe qui va bouleverser le genre populaire haïtien, en y introduisant des sonorités nouvelles.
En 1988, après son baccalauréat, il est reçu à l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel (ESRA) de France. En 1992, son mémoire porte sur la "réalité virtuelle", un sujet d’avant-garde, dans le contexte de l’époque. Employé par Videosystem, pendant trois années consécutives, les studios de montage se transforment en laboratoire d’expérimentation : dysfonctionnements vidéos, effets de Larsen, jeux avec les câblages, exploitation des défauts du matériel. En 1993, il réalise ses premières installations vidéo, et compose de la musique concrète contemporaine tout comme des compositions musical avec des Dj et des Vj.
Une série de vidéos sur la musique pour la chaîne Arte, entre autres, le ramènent en Haïti. Parallèlement aux réalisations pour la télévision, il poursuit ses expérimentations visuelles avec le collectif d’artistes "Les Filtres Actifs" et élargit son champ d’action aux installations vidéo-plastique et au multimédia. En 2000, il est invité avec son collectif à se produire en tant que Vj au Media Art Festival à Wilhems-Haven en Allemagne. En 2001, Maksaens Denis réalise d’autres films dont "Pluribus unum", un court documentaire sur l’atelier des sculpteurs Céleur et Eugène à Port-au-Prince. En 2002 il présente avec son partenaire photographe Fred Koenig, une installation multimédia dans le cadre de AfricAmericA@SAT, au Festival vues d’Afrique de Montréal. La même année, il participe au IIème Forum Multiculturel d’art Contemporain et présente un projet avec le groupe Sculptures Urbaines, au Musée d’Art haïtien. En 2003, la commémoration du Bicentenaire de la mort de Toussaint Louverture, l’incite à un projet filmographique (en cours). Depuis 2002, Maksaens est un membre actif de la Fondation AfricAmericA.

Alain Polo

JPEG - 31.8 ko
© Alain Polo

Né en 1985 à Kinshasa. Vit et travaille à Kinshasa.
Alain Polo est un jeune artiste ayant fait ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa. Il a constitué un collectif appelé SADI (Solidarité des Artistes pour le Développement Intégral) avec Trésor Mukonkole, yves Sambu, Kruchna Mongovo-Masangila et Fransix Tenda. Le travail collectif remarquable porte sur le « village de l’érosion » de Mont Gafula, dont les maisons s’écroulent à chaque grande pluie (cf article de Jean Loup Pivin dans notre Web Mag). Ils peignent sur des pans de murs isolés et des maisons sur le point de s’effondrer.
Alain Polo réalise aussi un travail intime sur un idéal de « beauté » qu’il tente d’incarner par la transformation. Le reflet dans le miroir cassé de sa propre image bouleversée ouvre sur d’autres vertiges que la société congolaise ne comprend pas toujours. Photographies, performances, vidéo sont ses principaux supports de création, n’hésitant pas non plus à s’amuser avec la mode.
www.alain-polo.blogspot.com

Rina Ralay Ranaivo

Né en 1984 à Antananarivo. Vit et travaille à Antananarivo / Madagascar
Vidéaste, sa première oeuvre, "Rompre le silence", a été primée lors des 2èmes Rencontres nationales du film court de Madagascar et présentée au festival « Iles courts » (Ile Maurice). Sensible aux expressions scéniques, particulièrement la danse, il collabore avec des danseurs malgaches à des travaux de conception chorégraphique et de mise en espace.
Actuellement, il est en en charge de la mise en oeuvre de la programmation culturelle et artistique du Centre Culturel Albert Camus de Tananarive, un travail qui lui a donné l’opportunité de se confronter et de se façonner un regard sur les formes et expressions artistiques contemporaines. Cette orientation professionnelle survint après deux ans de journalisme pour le compte d’un quotidien local, "La Gazette de la Grande Île", et des études en communication à l’Université d’Antananarivo.
Ses vidéos sont l’expression d’états, de sensibilités personnelles dans laquelle le désir l’emporte sur le doute et l’intuition s’affranchit des goûts et des tendances. "Les rêves qui naissent", son deuxième court-métrage, propose à travers une juxtaposition d’images une perception personnelle de l’état du rêve, donne à partager des sensations, ce mélange de solitude, de mélancolie et d’impuissance face au temps.
D’autres travaux plus courts en terme de format s’inscrivent dans cette même démarche. Une série de vidéos illustrant des musiques choisies s’aventure sur d’autres pistes : le hasard, l’hésitation, le non sens… tout ce qu’on se refuse délibérément ou non.
Son dernier travail, axé sur la danse, propose de suivre le regard du vidéaste sur un plateau lors d’une restitution d’atelier.

Hervé Yamguen

Né en 1971 à Douala. Vit et tavaille au Cameroun.
Hervé yamguen est né à Douala en 1971, au Cameroun. Il est poète, photographe et plasticien. Il vit et travaille, dans un des quartiers plus populaires de sa ville natale, New Bell. Cette ambiance particulière du quartier contribue à construire son imaginaire et son identité urbaine et lui a permis d’organiser ces dernières années des ateliers dans le quartier, en collaboration avec des artistes de différentes nationalités. Il est l’un des membres du cercle Kapsiki. En tant que membre de ce cercle, il a participé aux Scénographies Urbaines (janvier 2003). Il a exposé une œuvre à la galerie Mam dans le cadre du projet Pièce unique initié par le Centre Culturel Français (avril 2003). Ses œuvres ont été exposées au Centre culturel jean Gagnant à Limoges durant le Festival 2002. Ses poèmes ont été publiés en plusieurs recueils. Il a également participé à plusieurs manifestations en tant que plasticien et photographe, notamment à Douala et en France. En 2008, il a bénéficié d’une exposition personnelle à l’espace doual’art : Les Néons d’Amour. Il est résolument engagé dans des actions artistiques et sociales dans son pays. Il a commencé en tant que peintre et sculpteur et a découvert successivement la passion pour l’écriture qui lui a permis de s’interroger sur sa propre identité.
Son travail plastique tourne autour du visage, du corps et de la place de celui-ci dans le monde. Dans ses poèmes, il s’interroge sur le langage et cherche à rendre les sensations qui le traquent au quotidien.
www.doualart.org/Herve yamguen

Lieu

La Revue Noire

Il était une fois Revue Noire par...

... Jean-Loup Pivin, Simon Njami, Pascal Martin Saint Leon …

Polyphonie de l’histoire, la petite et la grande histoire de Revue noire. Anecdotique, théorique, cette histoire raconte une aventure humaine qui s’est risquée à être libre de beaucoup de préjugés. Et c’est probablement sa principale qualité, sans réelle autre prétention.

Pour ce, entre « nous », nous racontons "Il était une fois Revue Noire par …", chacun à sa façon et de façon ouverte. Cette histoire n’est pas écrite, elle est à écrire par bribes et par des mains différentes dont voici aujourd’hui les premiers éléments. A terme il pourra y avoir des perceptions contradictoires de faits et des jugements. Il s’agit bien de notre histoire, par ceux qui l’ont faite, par ceux qui s’en sont approchés, par ceux qui l’ont simplement observée.

REVUE NOIRE est située à Montparnasse, entre la rue Daguerre et la rue Froidevaux, à quelques mètres de l’avenue du Maine. A proximité de la Fondation Cartier du Bd Raspail et de la Fondation du photographe Henri Cartier-Bresson, on y accède par les stations de métro les plus proches Gaité ou Denfert-Rochereau, ou à peu de distance Montparnasse, Vavin ou Edgar Quinet. Ou encore en autobus, par toutes les lignes ’90... arrivant à la gare Montparnasse.

L’espace de 250m2 propose plusieurs fois par an des manifestations artistiques pluridisciplinaires offrant aux visiteurs une ambiance révélatrice d’un thème ou d’une idée, mêlant œuvres plasticiennes, images animées, espaces sonores, réflexions imagées...
L’équipe de REVUE NOIRE est aussi à votre écoute pour l’achat d’une œuvre, repérée pendant une exposition, sur le site internet ou dans la boutique de vente d’objets en édition limitée, complétant la librairie des publications REVUE NOIRE.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
Revue Noire
8 rue Cels
75014 Paris

- CONTACT
Tél. 33 [0]1 4320 2814
Fax 33 [0]9 7212 6800
redaction@revuenoire.com

Voir en ligne : www.revuenoire.com