TRACES… Fragments d’une Tunisie contemporaine

/ Exposition collective

JPEG - 206.4 ko
© Wassim Ghozlani

Fragments I : Du 13 mai au 28 septembre 2015
Fragments II : Du 4 novembre 2015 au 29 février 2016

Commissaires : Thierry Fabre, responsable du département de la programmation culturelle et des relations internationales (MuCEM), Sana Tamzini, commissaire d’expositions, présidente du FACT (Forum Des Associations Culturelles en Tunisie)

Coordinateur de la programmation au bâtiment Georges Henri Rivière : Jean‐Roch Bouiller, conservateur, chargé de l’art contemporain (MuCEM)
Scénographes : Olivier Bedu et Juliette Morel – Struc’Archi

La scène artistique contemporaine en Tunisie est riche, variée et fertile. Avec Traces... Fragments d’une Tunisie contemporaine, projet composé de deux expositions successives – Fragment I (du 13 mai au 28 septembre 2015) et Fragment II (du 4 novembre 2015 au 29 février 2016) –, le MuCEM donne à voir en images la jeune création tunisienne.

Ce diptyque d’expositions s’appuie sur la recherche de traces, de ce qui subsiste du passé. Il témoigne d’une quête d’histoire, de paysages abolis et d’un refus de faire table rase. Les œuvres qui y sont présentées font appel à ce qui vient et qui précède, depuis longtemps déjà, l’événement politique.

Il serait toutefois réducteur de parler d’un « art de la révolution », une étiquette qui s’apparente à un slogan ou un phénomène de mode. Il ne s’agit pas de se pencher sur des épisodes éphémères, sans lendemain, qui saturent l’actualité et brouillent le regard, mais d’étendre l’horizon en multipliant les perspectives.

Traces... Fragments d’une Tunisie contemporaine rassemble en deux temps le travail des artistes Zied ben Romdhane, Ismaïl Bahri, Fakhri el Ghezal, Héla Ammar, Souad Mani, ismaël, Augustin le Gall, Wadi Mhiri et Houda Ghorbel, Faten Gaddes et Wassim Ghozlani, ainsi que les photographies de l’un des tous premiers photographes tunisiens, Abdelhak al Ouartani. Photographie, vidéo, installation et art numérique composent cette exposition qui entend témoigner, cinq ans après la Révolution, de la richesse et de la multiplicité des points de vue sur la Tunisie d’aujourd’hui.

L’exposition privilégie le point de vue des images : voir en ces dernières ce qu’elles révèlent et ce qu’elles font apparaître d’une Tunisie nouvelle tournée vers le passé, le présent et l’avenir.

| Exposition

Lieu

MUCEM

Trois sites, trois ambiances, des propositions démultipliées et surprenantes sur un ensemble de 44 000 m2 : le MuCEM sera un vrai musée du XXIe siècle, capable d’attirer des publics divers grâce à une palette très large d’activités. Le public pourra bien évidemment explorer ses expositions majeures, dans les galeries d’expositions du nouveau musée, mais aussi profiter d’une lecture, d’un concert, de débats d’idées, de projections cinématographiques ou simplement goûter l’ambiance de la ville en se promenant dans les jardins méditerranéens du fort Saint-Jean réhabilité. Le MuCEM constituera un lieu de vie, ouvert à tous, bien au-delà de ses incontournables expositions événements.

Une visite en trois temps, riche en découvertes et en émerveillements

Le nouveau musée construit sur l’ancien môle portuaire J4 par l’architecte Rudy Ricciotti sera le coeur du MuCEM. Un lieu dédié à la découverte des étapes majeures des civilisations méditerranéennes, traitant de thématiques aussi marquantes que l’invention des dieux, les trésors de la route des épices, les visions de Jérusalem, le banquet des citoyens ou le cabinet des Sept Merveilles du monde.

Le public passera ensuite aux arcades et salles voûtées cachées dans les entrailles de pierre du fort Saint-Jean, monument historique datant du XIIe siècle. En empruntant une passerelle haute, jetée au dessus de la mer, il profitera de panoramas spectaculaires et invisibles jusqu’alors. Ici le visiteur pourra déambuler dans un nouveau jardin méditerranéen et s’émerveiller devant les richesses des collections d’arts et traditions populaires du MuCEM.

Un troisième site situé dans le quartier de la Belle de Mai, non loin de la gare Saint-Charles, abritera le Centre de conservation et de ressources (CCR), conçu par l’architecte Corinne Vezzoni. Lieu de conservation des collections, le CCR sera également l’occasion de faire visiter les coulisses du musée. Il accueillera un espace évoquant l’histoire du musée, ouvert lui aussi au public.

INFOS PRATIQUES

- ADRESSE
Musée des Civilisations d’Europe et de Méditerranée
1 esplanade du J4
13002 Marseille

- CONTACT
04 84 35 13 13

- HORAIRES
Tous les jours sauf le mardi de 11 à 19h en été (de mai à octobre), et de 11h à 18h en hiver (de novembre à avril).
Nocturne le vendredi jusqu’à 22h.

Voir en ligne : www.mucem.org