Zimbabwe Today

JPEG - 34.7 ko

"Zimbabwe Today"

(photographie, sculptures)

"Malgré une situation politique et économique très difficile, les artistes du zimbabwe continuent à faire entendre leurs voix et à créer, les expositions onstituant un lien indispensable avec l’extérieur.

Aujourd’hui, une dizaine d’entre eux sont reconnus au plus haut niveau dans eur individualité d’artistes. Madamombe, Akuda ou Bonjisi, un siècle après la découverte de l’art dit « premier » par les artistes modernes, ouvrent une nouvelle voie à la sculpture contemporaine.

Ce mouvement dynamique, né à la fin des années cinquante par le britannique Frank Mc Ewen (ami et promoteur de Picasso, Henry Moore et Matisse), a été salué par le journal Le Monde en 1971 comme « un renouveau de l’art noir ».

Exposés au Musée Rodin, au MoMa de New-York, à la Biennale de Venise ou au Centre Pompidou (1989), ils entendent affirmer à l’intérieur et au-delà de leur enracinement culturel, des préoccupations esthétiques qui, à de nombreux égards, rejoignent certaines recherches de l’art occidental.

L’exposition présente des photographies récentes de Calvin Dondo primé à la Biennale de Bamako en 2007) : ce photographe nous donne à voir l’identité urbaine des zimbabweéns d’aujourd’hui, dans le théâtre de la vie quotodienne : marché, émeutes ,…

Un regard à mille lieues de l’Afrique des safaris et du Zimbabwe des Chutes Victoria : la lutte quotidienne de tout un peuple pour la liberté d’expression, pour la survie, contre l’effritement des repères dans ce qui est devenu peu à peu une dictature."

Olivier Sultan 

Cette exposition réunit cinq sculpteurs ( Colleen Madamombe , Fanizani Akuda , Lincoln

Muteta et Witness Bonjisi ) et un photographe : Calvin Dondo .

_

| Exposition

Lieu

Musée des arts derniers

  • France

Ouvert en 2003 dans le XVe arrondissement de Paris par Olivier Sultan, le Musée des Arts Derniers se donne pour mission d’offrir une autre vision de la création africaine, actuellement en plein renouveau.
Les artistes africains d’aujourd’hui s’approprient les techniques contemporaines (vidéo, photo, installation, performance) et opèrent un mouvement constant entre leur continent et l’occident, rencontrant ainsi un nouveau public international.
S’ils sont déjà connus dans les pays anglo-saxons et par les amateurs d’art africain, ces créateurs sont parfois promus sous une étiquette ethnique, comme si l’origine était ici le seul critère d’appréciation d’un artiste, avant même que l’on se pose la question : quelle est leur démarche artistique singulière ?

Il nous a semblé urgent d’ouvrir un espace de qualité qui leur soit consacré, afin de renforcer la place de la production artistique des plasticiens africains et surtout contemporains sur la scène internationale.
Alors que les institutions et galeries d’art s’attachent souvent plus au passé artistique de l’Afrique qu’à son présent, au Musée des Arts Derniers les expositions sont pensées en tâchant d’éviter certains écueils : la réduction des artistes et des oeuvres à des origines culturelles et géographiques stigmatisées dans la différence, l’exotisme, l’ethnocentrisme ou le paternalisme : autant de mauvais réflexes qui aboutissent à l’isolement de la production plastique africaine vis-à-vis de l’ensemble de la scène internationale.

S’appuyant sur une expérience de 15 ans dans le domaine de l’art contemporain africain, le Musée des Arts Derniers et son équipe ont développé un réseau d’amateurs d’art, de galeries d’art, d’institutions et de sponsors, organisation de nombreuses expositions en France et à l’étranger, aide à l’élaboration du Guide de l’Art Africain Contemporain avec « Afrique en Créations », éditions de livres (Les Afriques éd. Autrement 2004, Africa Urbis éd. Sépia 2005).

En effet le Musée s’attache à tisser des liens privilégiés avec les artistes représentés (africains ou non),et à établir une étroite collaboration avec des institutions telles que le British Council, les ambassades africaines, l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie, la Mairie du XVème, l’UNESCO, etc…, et des galeries ou centres d’art tels que la Skoto gallery (NY), Africa Center (Londres), 198 Gallery (Brixton), Enart (Barcelone), Iwalawa - Haus (Bayreuth)…

D’autre part, Depuis deux ans le Musée des Arts Derniers développe une politique de partenariat avec des organismes et médias de la communauté africaine tels que Africultures, Cité Black, Grioo, Image d’Ailleurs, Jeune Afrique, RFI, Africa N°1, Safoul Production, NAWAO (projet Broken Memory : éclairage original sur l’actualité de l’histoire par une réflexion sur les conséquences actuelles des pillages coloniaux).

Lieu ouvert à l’inconnu, à l’inclassable parfois, au risque consenti, le Musée des Arts Derniers accueille également conférences, débats, lectures pour tous publics, visites de scolaires, mais aussi des concerts (Les Cool Crooners en 2004), des spectacles de danse contemporaine (Cie Samuel Mwame), autour de l’art « dernier » au sens d’actuel, en petit séisme avec pour épicentre l’Afrique.

INFORMATIONS PRATIQUES

- ADRESSE
28, rue Saint Gilles - 75003 paris
T/F : 01 44 49 95 70

- EQUIPE
Directeur : Olivier Sultan / museedesartsderniers@wanadoo.fr

- ACCES
Métro Chemin Vert - ligne 8
Bus 29

- HORAIRES
Ouvert du mardi au samedi de 11H - 19H

- TARIFS
Entrée libre
Pour des visites de groupe ou scolaires nous contacter

Voir en ligne : www.art-z.net