Lentement, ou l’absence en creux - commentaires