The Djinn Diaries Une interview de Btihal Remli

, par Afrique in visu, Jeanne Mercier

Depuis 2017, Btihal Remli mène une enquête personnelle sur les djinns au Maroc intitulée « The Djinn Diaries ». Son objectif est de révéler une culture éloignée des clichés doux et orientaux répandus par la presse et les agences de voyages, et de montrer une facette d’un pays dont tout le monde parle, mais que personne n’ose montrer, celle de la sorcellerie, des
rituels, des prières et des djinns. Btihal Remli a sillonné les douze régions du Maroc pour y rencontrer un éventail de personnalités qui travaillent sur le sujet, aussi bien des herboristes, voyantes, guérisseurs, possédé(e)s que des scientifiques. Dans sa série « Les recettes des Djinns », extraite de ce corpus, elle a catalogué et reproduit à travers des photographies des dizaines de recettes à base d’extraits de minéraux, plantes ou coquillages, épices ou animaux qui favorisent la fertilité, la santé, l’amour, la protection ou pour nuire à quelqu’un…

Pouvez-vous présenter le projet The Djinn Diaries complet avec différents chapitres ?
Les djinns sont des créatures surnaturelles. Alors que les anges seraient faits de lumière, le Coran dit que les djinns sortent du feu sans fumée. Habituellement invisibles pour les êtres humains, les sorcières découpent la pupille d’un chat, la mélangent avec du kajal et entourent complètement leurs yeux pour voir ces djinns. Ils sont aussi bien sûr visibles pour ceux qui sont possédés ! Au Maroc, les djinns sont supposés se trouver dans des espaces humides et sales, c’est à dire : impurs. Ce travail, « The Djinn Diaries », est mon enquête personnelle sur le sujet des djinns au Maroc. Mon objectif est de révéler une culture loin des clichés doux et orientaux diffusés par la presse et les agences de voyage. Mon objectif est plutôt de montrer une facette d’un pays dont tout le monde parle, mais personne n’ose souligner ceux de la sorcellerie, des rituels, des prières et le soi-disant djinn. C’est un Maroc aux visages rugueux, aux paysages lunaires, aux traditions, aux mystiques et aux secrets. Un pays, qui sent l’encens, les bougies, qui tient à sa foi, pour guérir ses blessures, pour trouver l’amour, pour se protéger du mal.
C’est un travail très spécial, une histoire personnelle que je raconte, avec une combinaison de photographies, de dessins, de coupures de journaux faite sous la forme d’un livre avec différents chapitres. Ils racontent l’histoire de mon enquête, comment j’ai commencée avec ce projet et comment ma méthode m’a amenée d’un endroit à l’autre. Ma première trace a été de regarder celle de Zawiya (marabout) et j’ai continué à suivre les traces des histoires que les gens ont racontées et c’est comme ça que je suis arrivée dans des endroits comme Chamharouch, le village du roi des djinns, où je suis tombée sur de la sorcellerie et la magie.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la partie que nous présentons autour des recettes ?
La première fois que j’ai découvert la magie, c’est en entrant dans le village du roi des djinns. C’était un peu choquant quand j’ai vu des chats sans yeux ou sans nez. J’ai découvert que les membres de ces animaux étaient utilisés pour des rituels magiques. Cela a suscité mon intérêt, alors j’ai commencé à en demander plus sur ce sujet, ce qui m’a même conduit à des histoires à l’intérieur de ma famille dans laquelle certains utilisaient des rituels magiques ou du moins y croyaient. Plus je m’interroge sur ce sujet, plus je réalise également que la magie est très souvent utilisée en cas de conflits de pouvoir et l’utiliser était une forme pour regagner du pouvoir. Maintenant, le sujet du djinn a beaucoup à voir avec les structures de pouvoir et de manipulation aussi. Inclure la catégorie de la magie était logique pour moi. En même temps, je cherchais une façon de ne pas dévoiler les visages des personnes qui m’ont fait confiance et ont partagé avec moi leurs histoires de magie et donc à propos d’un péché qu’ils ont fait.

Pouvez-vous nous décrire l’une des images ?
J’aime particulièrement l’image avec la grenouille prise en 2019 à Jrana. Elle paraît très scientifique, comme une sorte d’archive biologique. Cela introduit un autre niveau dans le projet. Partant du djinn et de la magie, les éléments sont très souvent considérés comme des superstitions. Ici, on passe à une autre lecture : cela devient alors un sujet de science et de connaissance et donc davantage pris au sérieux. Cette recette sert normalement à dissoudre une malédiction. Les gens croient que cet animal a le pouvoir de maudire une malédiction.

JPEG - 491.1 ko
© Btihal Remli
Not get divorced
Extrait de la série "The Djinn Diaries"
JPEG - 618.1 ko
© Btihal Remli
Get married
Extrait de la série "The Djinn Diaries"

Quand votre projet sera-t-il terminé ?
Cela semble sans fin. Chaque fois que je creuse plus profondément, je tombe sur quelque chose de nouveau que je veux étudier. Mais pour le moment j’espérais terminer une première partie d’ici la fin de l’année sous forme de livre et le faire publier.

Vous travaillez sur un nouveau projet en suivant l’idée de recettes, pouvez-vous nous en dire plus ?
Oui, le nouveau travail a commencé avec le Covid-19. J’étais coincée à Amsterdam et les frontières du Maroc étaient fermées. Mais j’étais toujours en conversation avec ma mère et le reste de ma famille et j’étais très curieuse de comprendre comment ils vivaient la situation et comment ils y faisait face.
J’ai commencé à collecter des recettes qu’ils utilisent auprès de femmes vivant au Maroc ou d’origine marocaine. Les recettes sont crues pour aider à surmonter les symptômes de COVID-19. Ils reviennent aux remèdes traditionnels transmis oralement entre grands-mères, leurs filles et leurs petites-filles. Comme il n’y a pas de remède pour le COVID-19, les connaissances héritées de nos ancêtres nous aident à combattre les symptômes, nous protéger, rester en bonne santé et trouver de l’espoir dans notre histoire et nos croyances. Cela a ouvert un nouveau chapitre et à partir d’ici je pense que je veux en savoir plus sur les méthodes de guérison traditionnelles et comprendre la sagesse de nos ancêtres.

JPEG - 427.8 ko
© Btihal Remli
Cure possession
Extrait de la série "The Djinn Diaries"
JPEG - 499.4 ko
© Btihal Remli
Clean your body and mind
Extrait de la série "The Djinn Diaries"
JPEG - 598.2 ko
© Btihal Remli
9obul
Extrait de la série "The Djinn Diaries"