Coffret #4 Afriphoto Philippe Koudjina, Mamadou Konaté,Mathe Kebofhe, Emeka Okereke

, par Afrique in visu

Le coffret Afriphoto # 4 ( Mathe Kebofhe, Emeka Okereke, Mamadou Konaté, Philippe Koudjina ) vient de paraître. A lire d’urgence, ce dernier coffret permet de découvrir des photographes de différents horizons africains. Attention jeune talent : le livre consacré à Emeka Okereke " Unspoken heroes ".

#13 Philippe Koudjina
Philippe Koudjina est un photographe qui vit à Niamey.
Il y a quelques années, il a été le photographe vedette des nuits de la capitale nigérienne.
Son travail donne l’image d’une ville pleine de gaîté et de tendresse. Des ennuis de santé et l’arrivée des laboratoires couleur ne lui ont pas permis de faire face à la concurrence.
Artiste reconnu, plusieurs expositions et publications lui ont été consacrées.
L’association Contrechamps a décidé de soutenir le photographe Philippe Koudjina Ayi, en diffusant son œuvre.

#14 Mamadou Konaté
Mamadou Konaté présente ici deux séries, "Autoportraits avec chaussure" et "Autoportraits avec couverture", élaborées au cours d’un workshop qui s’est tenu en avril 2006 à Gaborone, au Botswana. Chamboulé par ce séjour en terre d’Afrique australe,
le photographe malien tourne enfin l’objectif de son appareil vers lui-même, après l’avoir dirigé si souvent vers les autres.

#15 Mathe Kebofhe
Les photographies issues de la série Ghetto life ont été prises principalement dans les quartiers les plus peuplés de Gaborone, la capitale du Botswana, et de sa périphérie.
« Seul l’objectif du photographe peut capturer la réalité de la vie dans le ghetto et en raconter au mieux l’histoire », nous écrit le photographe Mathe Kebofhe. Ce sont là les images de différentes familles photographiées durant la journée et la nuit, sans flash. Elles vivent à Naledi, un ghetto à la population dense où modes de vie rurales et urbains se mélangent, et dans trois autres villages très populaires de la périphérie de Gaborone ; Tsolamosese, Mogoditshane et Tlokweng. Ce projet, mené pendant trois semaines en avril 2006 sous la direction du photographe Bruno Boudjelal, a été exposé pour la première fois en septembre 2006 lors de l’exposition parisienne Nouvelles africaines.

#16 Emeka Okereke
Ayant décidé de documenter les différents aspects de la vie d’un citoyen nigérian inconnu et exemplaire, Emeka Okereke choisit de porter son regard sur son oncle, médecin pathologiste
exerçant à Lagos.
Ce projet, débuté en août 2005, s’arrêtera brusquement le 17 mars 2006, date du décès du docteur Kennedy Okereke.
Le photographe décide de suivre son oncle jusqu’au bout, en
prenant des clichés de ses funérailles.