Portrait du photographe Daniele Tamagni Noël à Porto Novo

, par Afrique in visu

JPEG - 62.1 ko
Noël à Porto Novo © Daniele Tamagni

Né en 1975 à Milan, Daniele Tamagni vit entre Milan et Londres.

Avec sa formation d’historien de l’art, spécialisation patrimoine, il réalise entre autre en 2001 un stage au Louvre à Paris, département des peintures.
Depuis 2004, il s’est lancé dans la photographie en alternant regard documentaire et travail de photographe de mode.

Très vite il s’intéresse à la culture afro-caribéenne. Il tisse des liens amicaux qui l’amèneront à travailler au Bénin et en République du Congo à Brazzaville.

Focus sur son premier voyage en Afrique, au Bénin en 2005 où il réalise un travail documentaire sur les religions africaines.
La série « Christmas à Porto Novo » présente une série d’images regroupant différents rites.

Attiré par l’anthropologie et les sciences humaines, il nous emmène à travers ces rites au cœur de la fête vaudoun à Ouidah et nous entraine à des pèlerinages des chrétiens célestes à Porto Novo pendant les fêtes de Noël. Soucieux de protéger ces cultes, les députés béninois ont adopté en août 1998 une loi instituant le 10 janvier quot ;journée nationale des religions traditionnelles". Ainsi des milliers d’adeptes se pressent chaque année sur la plage de Ouidah, autour de la "porte du non retour" par laquelle des centaines de milliers d’africains ont été déportés comme esclaves vers l’Amérique. 

Dans Porto Novo, petite ville sur le Golfe de Guinée, vivent ensemble des croyants de toutes confessions : catholiques, Musulmans et animistes vaudous. A travers sa série d’images, Daniele Tamagni nous dresse une mosaïque de ces différents rites et religions qui s’influencent les unes et les autres sous le signe de la tolérance. Voici ici quelques images du 25 décembre où ces rites s’entremêlent.

Ce travail a été présenté dans le magazine italien « Africa ».

JPEG - 86.8 ko
Noël à Porto Novo © Daniele Tamagni

Suite à ce premier voyage, de retour à Londres, Daniele Tamagni découvre dans l’Anthologie de la Revue Noire « les sapeurs de Brazzaville » et le célèbre Arca.
S’en suivent trois voyages en République du Congo, où il rencontrera un dimanche juste avant son décès ce célèbre sapeur.
Il réalisera alors un travail sur le culte de l’élégance des sapeurs mettant en avant l’idée que la sape est un art, une manière de vivre où l’élégance, les bonnes manières et le fait d’être un gentleman en font partie…
A la suite de rencontres avec des sapeurs dans un concert de Papa Wemba, le photographe a pu s’immiscer dans cet univers. Il nous en retrace un portrait drôle et touchant où le goût du détail est au rendez-vous…
Pour ce travail, Daniele Tamagni a reçu le prix Canon 2007 du meilleur portfolio de jeune photographe. Un livre sera édité au printemps 2009 sur cette série aux éditions londoniennes Trolley Books.

En septembre 2007, il a exposé, avec le photographe nigérian Thabo Jaiyesimi et la vidéaste Janine Lai, un travail sur le quartier Peckham (Londres) à « The Sassoon Gallery » sous le commissariat de Paul Goodwin.
Ce quartier sud de Londres est souvent perçu comme un ghetto, lieu regroupant toutes les pathologies urbaines : gang, violences. Le chercheur Paul Goodwin invitait le public à réfléchir à l’idée « Comment les émigrés ont changé les espaces urbains ? »
A travers une série flashy, Daniel Tamagni nous propose de rencontrer les habitants de Peckham, jeunes, vieux, branchés….

Cf partie exhibitions sud.

Site Web de Daniele Tamagni :www.photodantam.com

JPEG - 33.3 ko
lalhande montre ses jumeaux © Daniele Tamagni