Rencontres de Bamako 09 - édition du 13 novembre La 8ème biennale africaine de la photographie au jour le jour...

, par Afrique in visu

JPEG - 29.8 ko

Et voilà la semaine professionnelle des Rencontres de Bamako qui se termine. Une semaine dense et très intéressante. Le bilan de cette Biennale est positif pour les photographes comme pour les commissaires. La qualité curatoriale a bien été souvent soulignée dans nos interviews, témoignages ou encore dans la rubrique Dixit. Un regret malheureusement récurrent, le public malien n’a pas encore pris part à cet évènement. On espère que les visites des expositions par les scolaires participeront à ramener du public à la découverte des photographies de leurs compatriotes.
Un souhait émis pendant l’inter-biennale, que les photographes maliens et le CFP entreprennent de nombreux projets pour bien montrer que le Mali n’est pas seulement l’hôte des Rencontres de Bamako mais un acteur principal de la professionnalisation du métier de photographes.

Dans ce dernier numéro, Afrique in visu a invité le journaliste Siddick Sigui MINGA pour conclure cette semaine festive et nous livrer ses impressions en tant qu’acteur et observateur avisé de la Biennale. Le photographe Robert Mafuta résident à Bangui nous livre l’image du jour : une image festive prise lors du vernissage du journal Afrique Magazine à l’Hôtel Salam montrant une facette différente de la ville de Bamako. Et dans la rubrique « En bref », on retrouve les impressions de Saïdou Dicko, et Baudouin Mouanda nous offre en images sa vision des Rencontres.

On vous donne rendez-vous pour une dernière fête bamakoise à l’ancienne briqueterie autour d’un dablani !

JPEG - 12.4 ko

8ème Biennale africaine de la photographie, belles rencontres !

Les lampions viennent de s’éteindre sur la semaine professionnelle des Rencontres de Bamako. Sept jours de beauté, de volupté, de ferveur, d’extase photographiques ! Sept jours d’un festival d’images qui nous a tous emportés sur des ailes d’inspirations diverses. Sept jours de communication, d’échanges et de communion entre les chasseurs d’images d’un Sud qui se bat et ceux d’un Nord qui se cherche.

JPEG - 114.8 ko
© Baptiste de Ville d’Avray

On retiendra que cette 8ème édition des Rencontres de Bamako a encore contribué à faire éclore de nouveaux prodiges de la photographie et à confirmer des talents. Les Prix attribués le mercredi 11 novembre 2009 sont autant d’expressions de confiance en des jeunes dont l’avenir est prometteur en photographie et en vidéo.

Mais ce qui, aux dires de nombreux artistes rencontrés ici et là, a toujours fait le mérite de la Biennale photo de Bamako, c’est la somme de contacts noués, des rencontres faites au détour d’une image, autour d’un pot. « Pour moi, la valeur de cet événement repose sur la richesse des rencontres », m’a confié un photographe de l’Afrique centrale. En effet, que de belles rencontres parfois enthousiasmantes, inspirantes et propulsives ! Pourvu que ces flammes vives qui naissent de complicités instantanées dans le couloir d’une exposition ne s’éteignent pas avec la fin des Rencontres. Pourvu que ces rencontres contribuent à la naissance de réseaux forts de photographes du continent capables de comprendre et de faire comprendre l’importance de la photographie en tant que Art certes, mais surtout en tant que pilier possible d’une industrie culturelle rentable en Afrique.

Heureux d’avoir été témoin de cette nouvelle version des Rencontres africaines de la photographie, il ne me reste plus qu’à dire : vivement 2011 ! Pour les 9èmes Rencontres qui, j’ose l’espérer ardemment, sera moins une biennale européenne de la photographie africaine qu’une vraie biennale africaine de la photographie. Alors seulement, on saura que les Rencontres, à 17 ans, auront mûri enfin et seront devenues capables de se prendre en charge, ne serait-ce que techniquement.

JPEG - 11.9 ko
JPEG - 113.7 ko
© Robert Mafuta

Robert Mafuta

Muili Regeza " récréation en swalli " La noblesse se concrétise par sa vie le soir, après le travail, les riches se détendent dans les lieux luxueux du pays. "
Né le 24 juillet 1966 à Kananga, en République Centrafricaine, Robert Mafuta réside à Bangui depuis dix ans. De formation autodidacte, il participe à un workshop à l’Alliance française de Bangui mené par le photographe Nabil Boutros de mai à octobre 2008.

JPEG - 4.7 ko

Dixit

Saidou Dicko (Burkina Faso)
Impressions sur la Biennale 2009

« Par rapport en 2007, je trouve qu’il y a d’importants changements dans cette édition et que l’ensemble est beaucoup plus fort. Je trouve que la scénographie met bien les images en valeur même si parfois on manque de recul.
Au niveau des rencontres, j’ai fait de superbes rencontres avec des professionnels pendant les portfolios entre autre mais aussi de nombreuses discussions avec des photographes. Je trouve qu’il y a toujours un manque de professionnalisation dans la photo africaine mais pour ceux qui se plaignent : Le photographe à un œil qui photographie. Le second œil des photographes, c’est la Biennale car elle complète, concrétise et met en valeur notre travail. Donc notre responsabilité en tant que photographe est à la fois de contribuer en exposant mais aussi en nous professionnalisant en produisant de meilleurs travaux et en les valorisant nous aussi. »

Impressions en images par Baudouin Mouanda

JPEG - 94.1 ko
© Baudouin Mouanda

Né en 1981 à Brazzaville au Congo, Baudouin Mouanda découvre la photographie très jeune et, très vite, il chronique la vie de Brazzaville pour des journaux locaux. Il est membre du collectif Génération Elili. Il vient d’obtenir deux prix dans le cadre des Rencontres de Bamako : Le prix Jeune Talent et un prix de la Fondation Blachère.

A la sortie du vernissage du Musée du District dimanche soir, Baudouin Mouanda enregistre, à l’aide de son appareil, le photographe Armel Louzala en train d’esquisser un pas de danse sous les yeux de deux photographes maliennes, Bintou Camara et Salimata Traore. A la tombée de la nuit, Baudouin photographie l’arrivée des visiteurs au CCF qui découvrent le très beau et doux travail du photographe français Alain Turpault « Albinos ».