Bayala Anicet Michael, pâtissier à Abidjan Les Classes Moyennes en Afrique - parts 01

, par Joan Bardeletti

JPEG - 50 ko

Il est 10h ce mardi matin sous un vent frais d’harmattan quand nous arrivons à Treichville, un quartier tranquille d’Abidjan . Quelques coups de fil, 5 minutes d’attente et voila que se présente à nous, un jeune homme, grand de taille, le sourire aux lèvres. « Je suis Bayala Anicet Michael » . Les présentations faites, il nous conduit chez lui.
Son père est décédé il y a 2 ans et la famille nombreuse vit répartie dans différentes maisonnées autour de la cour où tous se partagent les toilettes.

Pouvez-vous vous présenter ?

Très tôt, Anicet a voulu prendre sa liberté. Il loue, toujours dans la même cour, un deux-pièces. C’est l’une de ces pièces qui lui sert de lieu de travail.
“Je suis pâtissier-cuisinier à domicile. Un métier que j’ai appris à aimer au coté de mon père qui était lui même un pâtissier réputé” . Malgré les réticences de son père qui aurait préféré qu’il continue ses études, à 18 ans il se lance dans le métier. Non sans que son père lui fasse comprendre qu’il n’aura pas les moyens de lui payer une formation.

JPEG - 150.5 ko
Anicet Bayala est pâtissier à domicile depuis 3 ans. Il commence à être connu à Abidjan et des clients des quartiers chics lui passent commande. En gagnant entre et par jour, il considère faire partie de la classe moyenne modeste. Il n’a personne à charge pour l’instant et tente d’économiser pour faire une formation en Europe © Joan Bardeletti


Décrivez-nous l’endroit où vous vivez


Pourquoi la pâtisserie ?

Parlez-nous de votre métier

Loin d’être découragé Anicet va se faire la main dans plusieurs lieux de restauration de la place jusqu’au jour où il pense pouvoir voler de ses propres ailes et se mettre à son compte. Son handicap majeur : les moyens financiers et matériels pour débuter.
Plutôt qu’une couteuse boutique, il travaille à domicile et aujourd’hui même des clients des quartiers aisés lui passent commande. Il peut ainsi gagner jusqu’à 150 000 CFA/mois ( $300/mois soit $10/jour) quand tout va bien. Un gâteau à la crème coûtant 8000 CFA ($16) lui rapportera 2000 CFA ($4) pour une demi journée de travail.
Pourtant tout n’a pas été simple : « pour trouver les clients, il a fallu au début que je prenne des risques et que je confectionne des gâteaux démonstration pour les proposer à des clients potentiels qui ne me prenaient pas au sérieux du fait de mon jeune âge. Ils étaient en fait nombreux qui pensaient que l’album que je leur présentais n’était pas de moi » .

Quelles difficultés avez-vous affronté ?

Combien gagnez-vous ?

Pendant que nous discutons, Ulrich son jeune frère de 25 ans qu’il a pris en apprentissage depuis quelques mois, assiste les étapes de préparation du gâteau et répond aux appels. D’ailleurs, le week-end dernier Anicet lui a confié la réalisation de sa première commande et en a profité pour passer le dimanche à la plage, un loisir dont il avait du se priver pendant les périodes de vaches maigres de ses débuts.
Anicet est célibataire et sans enfant. Il vit avec un ami, et la plupart de ses 9 frères et sœur travaillent. Il n’est donc responsable financièrement que de lui-même ou presque. Il ne se considère donc pas comme pauvre : “Chaque matin, je me réveille avec au moins 2000 F CFA ($4) en poche pour subvenir à mes besoins de la journée” . Plutôt comme faisant partie des couches intermédiaires donc car il est conscient qu’avec une famille ses ressources n’y suffiraient pas et qu’il ne fait pas partie de la haute bourgeoisie qui habite les quartiers huppés, dispose de maisons de luxe, de voitures derniers cris et de divers biens matériels.
L’avenir, Anicet y pense. Il entend un jour quitter sa cour commune de Treichville pour s’installer dans une pâtisserie digne de ce nom à Abidjan ou à Ouagadougoucar sa famille est d’origine burkinabé. Pour lui, ce rêve passe forcément par l’exil en Europe pour passer un diplôme. Mais un exil à la régulière, pas de manière clandestine. “Il me faut un diplôme dans ma vie” ajoute-il d’un air très engagé. Pour cela, il fait des économies pour mieux préparer son aventure.

Texte de Mohamed Fofana Dara, journaliste à BBC Afrique

Pensez-vous faire partie de la classe moyenne ?

Avez-vous pensé à émigrer ?

www.classesmoyennes-afrique.org

JPEG - 157.1 ko
Annicet monte un gâteau d’anniversaire pour un client dans son salon. Le gateau coûte et lui en rapportera , pour une demi journée de travail. Son frère Ulrich, 20 ans, l’assiste. Depuis 4 mois Anicet l’a pris en apprentissage auprès de lui, sans le rémunerer pour l’instant © Joan Bardeletti
JPEG - 98.2 ko
Un dimanche à la plage à Bassam à une heure de route d’Abidjan. Son activité de pâtissier se développant bien, Annicet se permet maintenant des loisirs. Il a confié pour la première fois la réalisation d’une commande à son frère Ulrich et est anxieux de voir le résultat à son retour © Joan Bardeletti