Beside Memories Un témoignage de Leila Sadel

, par Leila Sadel

Mon cheminement artistique est ponctué par des moments de collecte d’éléments (images, textes, sons, objets) qui m’imposent un temps d’observation et d’appropriation du contexte où je me trouve. Dans mon travail, des éléments de l’ordre du présent et du passé s’entrecroisent pour donner forme à « quelque chose d’autre ». L’articulation de ces éléments singuliers empruntés au quotidien s’opère par la suite dans le but de créer des situations favorables à l’émergence de fictions, à la construction de narrations. J’opère de petits déplacements, décalages de sens, qui dialoguent avec les images mentales du spectateur et qui proposent sous la forme de photographies, d’installations ou de vidéos des moments singuliers.

JPEG - 197.5 ko
© Leila Sadel
JPEG - 188.4 ko
© Leila Sadel
JPEG - 128.2 ko
© Leila Sadel
JPEG - 204.3 ko
© Leila Sadel

Binatna – about traces

Sur une proposition d’Elisabeth Piskernik, directrice du lieu d’art Le Cube – independent art room à Rabat, j’ai participé début 2013 à un projet de résidences croisées (à Vienne et à Rabat) avec deux artistes marocaines et trois artistes autrichiennes. Ces expériences nous ont amenés à donner forme à un dialogue des pratiques à travers nos cultures. L’exposition collective Binatna – about traces, avec les artistes Carolle Benitah, Käthe Hager von Strobele, Jamila Lamrani, Edith Payer, Nicole Schatt et moi-même, retracera nos différentes expériences culturelles et artistiques, et sera présentée dans divers lieux au Maroc et en Autriche.

JPEG - 122.5 ko
© Leila Sadel
JPEG - 343.1 ko
© Leila Sadel
JPEG - 177.6 ko
© Nicole Schatt

Depuis plusieurs années, je réalise une collecte de photographies d’anonymes chinées lors de vides-greniers. Je m’intéresse au potentiel narratif qui peut surgir d’une photographie enlevée à son contexte initial. Je me pose la question de la manière dont on regarde une photographie dont le contenu ne nous est pas à première vue forcément familier.
Lors de ma résidence à Vienne, dans le cadre du projet Binatna – about traces, j’ai découvert des marchés aux puces tel que le Naschmarket, où j’ai acheté plusieurs albums de photos de famille, ce qui a ravivé l’intérêt que j’ai de m’approprier et transposer le regard que l’on peut porter sur cette typologie d’image. En feuilletant l’album de photographies d’une famille autrichienne dans les années 80-90, j’ai été surprise de retrouver des prises de vues similaires dans les actions ou le cadrage de l’image à mes propres photographies de famille.
Nous ne connaissons pas l’histoire de ce qui est montré sur ces photographies, ni des personnes qui les ont prises, mais nous pouvons tout de même échafauder des scénarios, car nous avons tous fait des photographies de vacances, de repas de famille, de mariage... et vécu des moments similaires. Le contenu de ces images illustre la plupart du temps le quotidien universel d’individus singuliers qui cherchent à se conformer aux représentations visuelles communes, aussi cette conformité nous rend ce type d’images rassurantes et proches.

JPEG - 164.4 ko
© Leila Sadel

Beside memories

Utiliser les photographies collectées durant cette résidence à Vienne comme support à une réalisation plastique pour le projet Binatna – about traces, m’a semblé évident à mon retour en France. J’ai ainsi réalisé une série de dix montages photographiques dont le titre est Beside memories. Ces photographies occultées en partie par des caches et agencées dans des cadres-boîtes sont présentées par paire. Pour chacun des duos, une photographie trouvée lors de ma résidence à Vienne côtoie une photographie de famille personnelle.

JPEG - 105.3 ko
Beside memories © Leila Sadel
JPEG - 120.7 ko
Beside memories © Leila Sadel
JPEG - 101.2 ko
Beside memories © Leila Sadel

Beside memories cherche à interroger la présence ou « l’apparente absence » d’objets, personnages, lieux, souvent présents en arrière-plan sur ces photographies. À l’aide des caches, ces éléments sont isolés afin de leur attribuer une apparence qu’ils n’avaient pas forcément au départ, au moment de la prise de vue. Mettre en lien des bribes de vies viennoises et franco-marocaines donnera sans doute au spectateur l’occasion de participer à cet imaginaire en construisant de nouvelles histoires.

Actualité

- Binatna - about traces, résidences / exposition collective
Le Cube – independent art room à Rabat (Maroc) du 21 octobre au 8 novembre 2013, Galerie 127 à Marrakech (Maroc) du 28 novembre au 14 décembre 2013, Galerie Mohamed Kacimi à Fès (Maroc) du 9 au 23 janvier 2014, Musée Fondation A. Slaoui à Casablanca (Maroc) du 4 au 18 février 2014, Palais Porcia à Vienne (Autriche) à partir de mars 2014.
- 10 Contemporary Moroccan Photographers, exposition collective, programmation du MMP+ Musée de la photographie et des Arts Visuels de Marrakech, Palais Badia, Marrakech (Maroc), du 6 septembre au 25 octobre 2013

Publication

tracé(s), publication éditée dans le cadre d’une résidence à l’Artothèque - Les arts au mur, Pessac (France)

Biographie

Née en 1985 à Casablanca, Leila Sadel, artiste plasticienne, vit et travaille à Bordeaux. En 2009, elle obtient un DNSEP à l’École des Beaux-Arts de Bordeaux. Plusieurs projets artistiques individuels et collectifs, en France et à l’étranger, ponctuent son parcours et alimentent son intérêt particulier à s’imprégner de différents contextes pour nourrir son travail.