DEUIL chez les artistes photographes Congolais Dénis Dédé Ngona n’est plus !

, par désiré kinzenguele LOUTSONO

JPEG - 66.8 ko
portrait de Dédé © collectif Génération Elili

La triste nouvelle est arrivée à Brazzaville le dimanche17 février alors que l’artiste photographe avait rendu l’âme le jeudi 14 février 2008 dans une clinique de Kinshasa en RDC, le jour de la fête de Saint valentin.

Dédé devait souffler sur les 44 bougies le 30 mars 2008, mais le frère et ami des photographes du continent a préféré suivre le chemin de Photo Pilo, Photo Téogeor Kouatila, Déposée, Edouard Biantouma, Yéléngéngé,… la liste n’est pas exhaustive. Partis à Mpemba comme disait l’écrivain Sylvain Bemba-Ntari, Dédé n’est plus de ce monde.Célibataire, il laisse trois enfants dont une fille qui porte le nom Sarah son studio de Talangaï dans le 6e arrondissement de Brazzaville.

Malgré son titre d’autodidacte, Dédé a participé à plusieurs stages sur la photographie à Brazzaville et à Pointe-Noire. Ses débuts dans ce métier datent de longtemps. C’est lorsqu’il réussit l’examen de passage en classe 4e qu’il obtient de son frère aîné un cadeau d’un appareil compact 126. Illico, il commence à capter des images dans le quartier et à l’école et partout où le besoin l’interpellait. Puis, bijoux de photographe collé au cou, tout le monde commençait à l’appeler « photofier ». L’homme avait, la maîtrise de la lumière et la composition des images. Ces photos étaient tirées dans les laboratoires de Paris chez Photorush, Direct Film et Double photos…

Passionné de photo, Dédé était un grand chrétien au sein de CIFMC allait prier à Brazzaville et à Kinshasa.En somme, Dédé était un des rares photographes qui avait le plus travaillé sur le thème « du transport » à Brazzaville. Dans l’exercice de son métier, il fallait le voir lorsqu’il était sur sa moto de marque Ciao avec un gros sac où il mettait presque tout, pour ne pas dire il se baladait avec tout un studio…

Il avait exposé à la 6e Rencontre de la Photographie Africaine à Bamako dans le cadre de l’atelier photographique du Congo Brazzaville en 2005, suite aux workshops organisé par David Damoison .En 2004, il avait participé à l’exposition itinérante Elili coordonnée par l’Association Nouvel’Art. Cette exposition était issue des trois stages successifs organisés par le Programme de soutien aux arts plastiques ( PSAP) en collaboration avec les Centres culturels français de Brazzaville et de Pointe-Noire sous les directions de David Damoison (France), Héctor Médiavilla Sabaté (Espagne) et Elina Moriya (Finlande).

« Papa Dédé » (comme les gens aimaient le surnommer, du fait de sa tête aux cheveux blanc) était également membre fondateur du Collectif Génération Elili où il occupait le poste de financier jusqu’à sa mort. Les amis d’ Afrique in visu , d’ Afriphoto et ceux du Congo regrettent sa disparition au moment où un festival de photographie est entrain d’être préparé à Brazzaville par le collectif Génération Elili », a dit Loutsono Coordonnateur du Collectif Génération Elili.