« Je préfère le casque au foulard »

, par Perrine DEL JESUS

JPEG - 41.5 ko
« Je préfère le casque au foulard » © Sébastien Rieussec

Le Ministère malien de l’Equipement et des Transports a lancé une vaste campagne de sensibilisation à la sécurité routière et au code de la route.

On peut saluer cette initiative, dans le pays d’Afrique de l’Ouest où il y a le plus d’accidents de la circulation. Les principales mesures prises par le Ministère sont les suivantes : obligation de porter un casque pour les conducteurs de deux-roues, interdiction de téléphoner au volant.

Le Ministère a donc conçu cette campagne d’affichage que l’on peut voir à travers tout Bamako. Ce qui est intéressant sur ces affiches, c’est de les confronter aux habitudes des maliens, et à la notion d’image que l’on doit renvoyer à l’autre au Mali.

Comme partout, l’image de soi et surtout celle que l’on donne à voir aux autres a son importance. Si l’on se penche sur le cas du Mali, l’affiche représentant la jeune femme et son casque est très intéressante. En effet, il n’y a pas si longtemps, les femmes maliennes refusaient de porter le casque en moto, à cause de leurs coiffures et de leurs foulards. Il leur était préférable d’augmenter les risques en cas d’accident, plutôt que de porter un casque et de malmener leur coiffure. L’affiche est présentée non comme une obligation mais comme un engagement avec son slogan « je préfère le casque au foulard » .

Ce n’est donc plus l’élégance qui sera de mise désormais sur la route, mais la sécurité de chacun. Une bonne nouvelle en soi, mais qui demande quelques sacrifices, en particulier de la part des femmes. D’ailleurs il est curieux de constater que le Ministère malien des transports ait également choisi une femme pour représenter l’interdiction de téléphoner au volant… Les femmes causeraient-elles plus d’accidents que les hommes ou bien est-il préférable de présenter des femmes en photo plutôt que des hommes ? La question est posée. Sur le site du Ministère de l’Equipement et des Transports hélas, aucune information à ce sujet.

JPEG - 123.9 ko
Rassemblement de motos à Bamako © Sébastien Rieussec

Les maliens ayant pour habitude de parader sur leur moto vont devoir également revoir leur soif de vitesse à la baisse. Les rassemblements de motos qui se tiennent régulièrement dans les zones reculées de Bamako auraient moins d’impact si la sécurité était plus contrôlée. Durant ces manifestations plutôt officieuses, les motards (des hommes) foncent à toute allure sur leur moto en faisant des acrobaties. Ces rencontres ont un grand succès auprès de ceux qui y assistent.

En ce qui concerne l’allure de chacun, en toute circonstance, il est important d’être bien mis. Ce n’est pas qu’une question de moyens et d’afficher sa richesse, mais une question de principe. On ne doit pas sortir si l’on n’est pas apprêté. Le fait de devoir porter un casque gâche il est vrai quelque peu le style général de la personne. Surtout un jour de mariage où l’on fait partie du cortège qui accompagne les mariés chez les familles des époux.

Néanmoins, on peut saluer l’effort du Ministère des transports pour plus de sécurité. On a pu assister également à la Semaine de la sécurité routière, durant laquelle les taxis et les sotrama ont défilé sur le boulevard de l’Indépendance. Ce jour-là, la moitié du boulevard était réservée aux transporteurs de passagers, tandis que l’autre moitié accueillait la circulation habituelle mais dans les deux sens… sans aucun avertissement ! On se trouvait donc tout à coup sur la voie de gauche face à des véhicules allant dans l’autre sens ! Il reste encore donc quelques détails à régler dans cette louable campagne.

Blog de Perrine Del Jesus