La présence du passé. Une histoire de la photographie au Burundi, 1959-2005. Un projet d’exposition et de publication

, par Jürg Schneider

JPEG - 104.9 ko
Studio Kiragi Bujumbura, 2008. © Rosario Mazuela/Jürg Schneider

Quelqu’un se penchant sur l’histoire de l’Afrique à l’Université de Bâle dans les années 1990 faisait inévitablement la connaissance des archives photographiques de la Mission de Bâle (www.bmpix.org) et de son dynamique archiviste Paul Jenkins . En fait c’est à travers Paul que j’ai commencé à m’intéresser à la photographie africaine, tout d’abord du 19ème siècle et plus tard aussi du 20ème siècle.

Après mes études j’ai eu la chance de pouvoir travailler pendant quelques années au Musée d’Ethnographie de Bâle sur une collection de 250 photographies de Carl Passavant qui avait voyagé en Afrique de l’ouest dans les années 1883-1885. Les résultats de ces recherches on été publié 2005 dans « Fotofieber. Bilder aus West- und Zentralafrika. Die Reisen von Carl Passavant 1883-1885 » , une publication qui malheureusement n’existe qu’en allemand. Depuis j’ai continué mes recherches sur l’histoire de la photographie en Afrique. Mon principal centre d’intérêt a toujours été la photographie africaine dans le sens strict ; donc je me suis plutôt intéressé aux photographes africains mais sans être trop exclusif envers les photographes « blancs », soient-ils missionnaires, explorateurs ou aventuriers.

En 2007 et 2008 je travaillais au Burundi, petit pays est-africain vallonné, coincé entre un géant – un continent comme disent certains – la République Démocratique du Congo/DC à l’ouest et, un peu plus petit, la Tanzanie à l’est. Au Burundi, mon intérêt pour l’histoire de la photographie s’est tourné directement au 20ème siècle. Tandis que cette histoire commence dans les régions côtières au 19ème siècle, en Afrique de l’ouest dans les années 1850, les premiers photographes burundais ont entamé leur travail à partir des années 1950.

Mes recherches visaient deux directions mais évidemment les deux étaient étroitement liées. D’une part je m’intéressais au développement historique de la photographie au Burundi : Qui étaient les premiers photographes, quand, où, et chez qui avaient-ils appris leur métier, qui étaient leurs clients, quels studios existent-ils à l’époque, etc. D’autre part je voulais connaitre plus en détail les photographes contemporains et leur situation de travail.

JPEG - 109.1 ko
Rond point à Bujumbura, 1986. © ABP

Très vite au début de mes recherches j’ai découvert les archives de l’Agence Burundaise de Presse qui contiennent les photos de la Ciné-Photo, l’agence de presse fondé par les belges en 1955, ainsi que le matériel des institutions étatiques de presse qui succédaient Ciné-Photo. Les archives de l’ABP me semblaient assez riches pour tenter un projet d’exposition et de publication dont le premier objective consistait à valoriser la photographie burundaise, à la fois comme objet d’art et comme source historique. Jusqu’à présent aucune étude n’avait encore été réalisée sur ces fonds et aucune valorisation n’avait été entreprise. Seules quelques photos, datant souvent de l’époque précoloniale ou coloniale, étaient parfois intégrées dans des livres d’histoire, ces photos étant prises dans leur intégralité par des européens.

A ce projet d’exposition s’ajoutait une publication grâce à l’appuie financier et logistique du Centre Culturel Français/CCF à Bujumbura que j’ai reçu mais aussi par une contribution de la part du « Programme culturel franco-allemand en pays tiers ». Finalement le projet entier à été financé par les ambassades de France, d’Allemagne et de Belgique. Comme partenaires s’ajoutaient le Ministère de l’Information, de la communication et des Relations avec le Parlement, l’Université du Burundi et le Ministère de la Culture.

L’exposition qui a ouverte ses portes le 29 mai au Centre Culturel Français à Bujumbura présente plus que 100 images qui se trouvent dans les archives de l’Agence Burundaise de Presse, des photographes professionnels et de la presse privée. Elle est structurée autour de quatre thèmes :

  • (1) Le Burundi urbain
  • (2) La vie quotidienne – travail et loisirs
  • (3) Les évènements marquants
  • (4) Les régions et le paysage.
    JPEG - 115.3 ko
    Le mouvement d’ensemble à Bujumbura, 1976. © Gustave Ntaraka

Le jour du vernissage, la publication, une sorte de catalogue d’exposition en trois langues (allemand, français et kirundi), qui contient toutes les photos de l’exposition ainsi que deux textes sur l’histoire de la photographie et sur les photographes contemporains au Burundi à été présentée au public.

En plus de la partie historique, l’exposition propose sur de grands posters les portraits de quelques photographes burundais présentement en activité. Cette série de portraits prise dans les studios ou à l’extérieur rend ainsi hommage aux protagonistes d’une profession soumise à une forte pression économique, sociale et politique.

Un mois après l’ouverture de l’exposition, on peut estimer qu’elle a eu un grand succès. Plus de 2’500 personnes, à la grande majorité des burundaises et burundais, se sont rendus au CCF pour apprécier la qualité de la photographie burundaise et pour connaitre leur patrimoine photographique. Une quinzaine de grandes bâches, portant une sélection de photos de l’exposition vont être installées dans la capitale. Ainsi l’espace d’exposition s’ouvrira vers l’extérieur.

L’exposition fermera fin juillet. Quels sont les perspectives d’avenir pour ce projet ?

Un des objectifs sera de montrer l’exposition dans une autre ville au Burundi et surtout dans d’autres pays africains mais aussi en dehors du continent. Pour décrire le but principal, je voudrais citer le texte qui se trouve au verso de la publication. Il résume en quelques lignes l’essentiel du projet : « La mise en valeur des stocks de photographies historiques serait souhaitable, non pas uniquement pour des projets de recherche et de publication, mais également pour faire l’inventaire, pour cataloguer et préserver le patrimoine national. Outre les archives connues, il y a certainement des photographies au Burundi ou dans la diaspora qui attendent d’être découvertes.

JPEG - 51.8 ko
Studio Photo Top Niveau Bujumbura, 2008. © Rosario Mazuela/Jürg Schneider

C’est souvent suite à des expositions que de tels trésors apparaissent. Si cela arrivait, et si, en plus, l’exposition contribuait à sensibiliser l’administration et le public à l’importance culturelle de la photographie burundaise, dans sa valeur à la fois artistique et historique, l’exposition au Centre Culturel Français et ce livre seraient arrivés à leur but premier. »

www.ifburundi.org