Mémoires collectives d’ouvrier(e)s immigré(e)s Présentation du projet

, par SARA JABBAR- Allen

Pour ce début juillet, Afrique in visu vous emmène dans la région Midi-Pyrénées découvrir un beau projet en cours de réalisation : "Mémoires collectives d’ ouvrier(e)s immigré(e)s". Voyage au coeur de leurs histoires, de leurs témoignages en images, sons et textes et pour la rentrée rendez-vous avec les photographes et porteurs de projet avec une interview et un portfolio.

JPEG - 61.7 ko
Abdel Malick BOUFARIT © Sara Jabber-Allen

Depuis plusieurs générations, des ouvriers issus de l’immigration participent pleinement à l’activité économique de la région Midi-Pyrénées. Le processus d’« intégration » dans notre société s’effectue aussi par leur reconnaissance professionnelle et sociale. Afin de préserver les traces et les mémoires de ces différentes immigrations dans l’économie de la région Midi-Pyrénées, l’association Alter Image propose un travail de recherche collective via le recueil de témoignages photographiques et oraux. Il s’agit de mettre en valeur la pluralité et la richesse de ces témoignages, relatifs à la mémoire des ouvriers immigrés dans le tissu industriel des 8 départements de la région Midi-Pyrénées (en milieu rural et urbain). Cette valorisation d’un patrimoine humain prend une acuité particulière, à l’heure où se manifeste la nécessité d’ancrer l’immigration dans la mémoire collective et de lui rendre sa juste place dans une perspective d’histoire commune et partagée.

En collaboration avec l’historienne Laure Teulières, à l’Université de Toulouse 2, et spécialiste des immigrations en Midi-Pyrénées, deux photographesSara Jabbar-Allen et Gilles Favier croisent leurs regards artistiques en réalisant des portraits photographiques avec la contribution sonore des radios locales associatives, membres du réseau de l’EPRA. Cette démarche mémorielle concerne l’ensemble du territoire de la région Midi-Pyrénées, sur 3 ans, de 2007 à 2009. En 2007, les départements de l’Ariège et du Tarn sont concernés.

A terme, plusieurs supports sont envisagés pour présenter cette démarche originale : la publication d’un ouvrage avec CD sonore joint et la réalisation d’une grande exposition photographique itinérante, présentée à la fois à Toulouse et dans chaque département associé au projet.

SARA JABBAR-ALLEN

Photographe indépendante. Franco-Iraquienne, née en 1971 au Koweït. Elle étudie la photographie à l’ETPA de Toulouse de 1996 à 1999.
Son attirance pour les différences socioculturelles l’on conduit à utiliser les outils de l’audiovisuel comme élément essentiel à ses recherches et comme lieux de partage et de connaissances de ces richesses.
Depuis 1998, elle s’intéresse à la vie des Tsiganes des pays de l’est arrivés en France à la fin des années 80. Sédentaires pour la plupart, elle s’est intéressée à l’évolution de leur intégration dans l’environnement sociétal. En utilisant le support photographique et en recueillant des témoignages sonores aussi bien du passé que du présent, elle a souhaité montrer la vie quotidienne des Tsiganes, leur combat contre l’exclusion, leurs problèmes de santé, de scolarisation, d’habitat, et de rapports avec les populations environnantes.
Son travail s’oriente vers des sujets de société, souvent au long cours et elle colabore avec des magazines français.

GILLES FAVIER

Né en 1955 à Roanne. En 1981, il rencontre Christian Caujolle qui vient de créer le service photo de Libération. Commence alors une collaboration qui ne s’est jamais interrompue avec le quotidien. Nourri aux images de Diane Arbus, Gilles Favier s’est efforcé depuis ses débuts de porter un regard humaniste sur les marges de la société. En 2002, il commence un important travail documentariste sur les traces de l’ethnologue Pierre Verger. Il a quitté Paris et vit désormais à Sète, dans le sud de la France.
Membre de l’Agence Vu depuis 1987.
Enseigne à l’Etpa Toulouse depuis 1990.
Collabore au journal Libération depuis 1982.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE PROJET, TELECHARGEZ LA LETTRE D’INFO

JPEG - 108.6 ko
Manuel, Fabien et Robert LIBRERO - Trois générations de travailleurs du textile issus de l’immigration espagnole à Lavelanet © Sara Jabbar-Allen