Fès, au cœur de la ville : voyage entre l’Afrique et la méditerranée. Rencontres Internationales de la Photographie de Fès

, par Jeanne Mercier

JPEG - 85.1 ko
© Esid Osama

Pour les 2èmes  Rencontres Internationales de la Photographie de Fès, Jean Dedolin , directeur de l’Institut Français de Fès et le photographe Marocain Fouad Maazouz vous emmènent dans les dédales de la ville méditerranéenne et africaine.

Une programmation dense où se côtoie une génération de photographes émergents et des photographes reconnus à l’image du photographe iranien Abbas (agence Magnum) avec son exposition magistrale « Les enfants d’Abraham, le voyageur n’arrive jamais ».

A votre arrivée dans la magnifique ville de Fès, rendez-vous à L’Institut Français de Fès pour une promenade dans la ville de la Havane. Cette exposition intitulée « La Havane, 40 ans après  » propose une regard en noir et blanc du photographe Carlos Ramirez .

Un peu plus loin dans un lieu insolite, la galerie Rio , vous vous retrouvez au cœur de l’Afrique et de la méditerranée. Dans une ancienne fabrique de meubles de plus de 1800m2, cet évènement nous invite à élargir les territoires explorés. Ici, il y a non seulement de la photographie mais aussi de l’image en mouvement avec les œuvres de vidéastes tunisiens et égyptiens.

La sélection photographique de cette galerie est très hétéroclite et permet de visiter différentes villes. Une partie très intéressante de la biennale de Bamako, vous propose 14 regards sur le thème « la ville et au-delà » pour n’en citer que quelques-uns Harandane Dicko , photographe malien, les images graphiques de Dimitri Fagbohoun , béninois ou encore les espaces d’ Heba Farid , photographe égyptienne.

JPEG - 184 ko
RENCONTRES INTERNATIONALES DE FÈS - en haut à gauche : entrée de la galerie Rio - en haut à droite : Jean Dedolin, directeur de l’insitut Français de fès et Fouad Maazouz, photographe et comissaire de l’exposition des photographes de la méditerranée, en bas : vue de l’eposition dans la galerie Rio © Afrique in visu

Fouad Maazouz, jeune photographe marocain, invité en tant que commissaire par Jean Dedolin, a choisi de montrer différentes berges de la méditerranée à travers le regard d’une vingtaine de photographes de plus de 10 nationalités différentes. Un panorama large d’une génération de photographes émergents.

JPEG - 81.3 ko
© Veronica Tanzi

Esid Osama , photographe syrien offre un regard décalé avec ses portraits de studio, colorés à la main, où des hommes posent sur des fonds exotiques assis sur des motos, une imagerie très proche de la peinture orientaliste. Pier Paolo Raffa nous emmène dans une autre partie de la méditerranée avec son travail sur l’Italie avec ses photographies d’architecture alors que la jeune photographe suisse, Veronica Tanzi propose un travail photo très graphique où des signes au sol nous interpellent.

Parmi les photographes marocains, Kabbouri Achraf et Saad Tazi se démarquent en révélant un visage très moderne de la ville d’aujourd’hui avec des buildings à la New Yorkaise en toile de fond.

JPEG - 83 ko
Femmes © Saad Tazi

Le Maroc, la Grèce, l’Algérie, la France, l’Egypte ou encore la Jordanie sont représentés via leurs habitants, leurs rues mais aussi leurs ambiances. Un travail de commissariat très intéressant par sa diversité de regards, de nationalités et sa diversité de techniques photographiques démontrant bien le renouveau de la photographie.