Haute Africa Knokke-Heist

, par Estelle Lecaille

C’est sous un soleil radieux que nous avons découvert le parcours photographique de l’exposition Haute Africa à Knokke-Heist. Pour ceux qui ignorent où se trouve cette ville, Knokke est une station balnéaire huppée de la côte belge située à la frontière avec les Pays Bas et haut lieu du tourisme belge. Le front de mer, un ensemble uniforme d’immeubles gris à appartements, fait face à une digue où se croisent dans un flot continu cuistax, vélo-cyclistes et piétons !

Voici planté le décor de l’alléchant programme conçu par Christophe de Jaeger (commissaire d’exposition en photographie à Bozar à Bruxelles) autour de la thématique de la tenue vestimentaire en Afrique : Wanchegi Mutu, Martin Parr, Yinka Shonibare... Les grands noms de la photographie contemporaine y côtoient des artistes émergents comme Baudouin Mouanda, Namsa Leuba ou encore Nontsikelelo Veleko...
Grâce à un plan (sommaire) nous nous sommes lancées à l’assaut des 17 emplacements outdoor éparpillés dans toute la ville ! Les dispositifs d’exposition variaient selon le contexte allant de cubes posés à même le sol aux panneaux en bois fichés dans le sable, certains plus adaptés que d’autres.....heureusement la qualité des œuvres était au rendez-vous !

JPEG - 89.2 ko
Haute Africa Daniele Tamagni
JPEG - 98.1 ko
Haute Africa Galembo 2
JPEG - 167.8 ko
Haute Africa Hassan Hajjaj
JPEG - 123.6 ko
Haute Africa Hector Mediavilla

Notre coup de cœur absolu fut pour le travail du photographe britannique Jim Naughten superbement implanté dans un parc urbain des images des femmes Hereros (un peuple d’éleveurs de Namibie) habillées de robes victoriennes imposées par les femmes des missionnaires allemands au début du 20ème siècle car elles jugeaient les autochtones trop dénudées à leur goût ! Depuis, elles sont toujours portées longues, bouffantes, faites de tissus colorés et accompagnés d’un chapeau traditionnel en forme de cornes de vaches qui rappelle le respect de ce peuple pour le bétail. Quant aux hommes, ils portent des costumes militaires : en effet, pendant la guerre, les Hereros s’appropriaient les costumes de leurs ennemis décédés à la fois dans un acte honorifique mais aussi pour prendre leur pouvoir ! Parti pendant 4 mois à la recherche de ces costumes époustouflants, le photographe britannique Jim Naughten en a rapporté des images à la fois fragiles, étonnantes, prises in situ dans des paysages désertiques qui nous questionnent sur l’appropriation de cet héritage colonial allemand fortement contreversé (en effet, un des premiers génocides en Afrique a été perpétré par les colons allemands en 1904-1906 contre les Hereros et les Namas).

Sur des panneaux face à la mer, le travail d’Hector Médiavilla sur les Sapeurs est juxtaposé à celui de Baudouin Mouanda. La société des ambianceurs et des personnes élégantes (SAPE) est une mode vestimentaire populaire développée lors des indépendances des deux Congo dans la lignée du dandysme. Mais la Sape est aussi une façon de vivre : courtoisie, bonnes manières, politesse sont incontournables !
Quand le photographe espagnol expose un questionnement sur la Sape dans un contexte anthropologique, le photographe congolais nous époustoufle d’images colorées, vives et vivantes, représentatives de la joie de vivre des Sapeurs. Quant à Daniele Tamagni, il a également photographié les sapeurs de Kinshasa pour nous montrer comment la Sape est à la fois universelle et unique en son genre.

Enfin, la digue se termine avec brio sur les photographies de Phyllis Galembo qui depuis 20 ans documente l’art de la mascarade à travers l’Afrique et Haïti : un travail surprenant qui fait part de la créativité et de l’unicité de chaque tradition. Nous nous sommes aussi délectées des photographies pop pleines d’’humour d’Hassan Hajjaj qui attirent le regard du passant avec ses modèles décalés de la culture arabe contemporaine et de Martin Parr avec sa série caustique de photographies sur la plus grande course hippique d’Afrique du Sud.

JPEG - 171.7 ko
Haute Africa Jim Naughten
JPEG - 122.5 ko
Haute Africa Jim Naughten 2
JPEG - 175.5 ko
Haute Africa Martin Parr
JPEG - 115.2 ko
Haute Africa Namsa Leuba

N’oublions pas de citer la série de portraits en noir et blanc Faces & Phases de l’activiste sud africaine Zanele Muholi dans un emplacement hautement symbolique au cœur de l’église dominicaine de Knokke. A l’heure de l’homophobie actuelle en Afrique, son travail est d’une justesse et d’une sensibilité remarquables.
A l’extérieur de cette église les images de Namsa Leuba réinterprètent la culture guinéenne de sa mère à l’aide d’une pratique de l’art qui prend racine dans les traditions occidentales.

Malgré l’excellence et la cohérence des photographies exposées, ce parcours photographique à travers la station balnéaire pêche malheureusement par un éparpillement des lieux qui ne donne pas une vraie dynamique à l’ensemble....mais nous attendons avec impatience la prochaine édition de ce festival de photographies, Knokke étant quand même un sacré dépaysement !