Indémodable Samuel Fosso aux Rencontres Photographiques d’Arles

, par Jeanne Mercier

JPEG - 52.6 ko

Un nouveau souffle s’empare de ce photographe basé en Centre Afrique à Bangui. Samuel Fosso était certainement l’un des plus surprenants photographes présentés à Arles cette année.

Nous étions restés sceptiques sur la série « le rêve de mon grand-père », puis Samuel Fosso nous avait reconquis avec son travail « Tati », et notamment l’image décapante «  Le chef (qui a vendu l’Afrique aux colons) » présentée à l’occasion de l’exposition Africa Remix à Beaubourg.

Son goût, pour le décalage, et un esthétisme très prononcé, a fait de lui un maître de la métamorphose, du déguisement. A l’image des autoportraits de la photographe Claude Cahun , Samuel Fosso se met en scène et détourne les codes du théâtre pour s’inscrire dans une production singulière bien loin des clichés des photos de studios africaines que l’on peut voir exposer depuis les années 90 sur la scène artistique.

Sous le titre évocateur " Vous serez beau, chic, délicat et facile à reconnaître ", Samuel Fosso, photographe invité de Christian Lacroix, Directeur Artistique des 39ème Rencontres Photographiques d’Arles, a exposé l’ensemble de son travail ainsi que sa dernière série « African Spirits » se composant de 14 clichés noirs et blancs.

JPEG - 44.2 ko
Expo Samuel Fosso, Arles 2008

Dans cette série, le photographe réinterprète des icônes photographiques des grands leaders des Indépendances Africaines, du Mouvement des Droits Civiques aux Etats-unis ou de monuments culturels Noirs comme Martin Luther King , Haïlé Sélassié ou Muhammad Ali ….
Malgré le visage récurrent du photographe, le public reconnait très vite ces personnalités faisant parties de notre histoire, à travers une gestuelle : le point levé de l’athlète Tommie Smith pendant les Jeux Olympique de 1968 pour lutter contre les discriminations dont étaient victimes les Noirs aux Etats-Unis, ou encore un attribut comme la bague de Malcolm X ….

A son habitude, Samuel Fosso nous surprend et s’impose encore comme l’un des pionniers du renouveau de la photographie en Afrique… Son style compte déjà de nombreux émules.

“… Comme dans toutes mes oeuvres, je suis à la fois le personnage et le metteur en scène. Je ne me mets pas moi-même dans les photographies : mon travail est basé sur des situations spécifiques et des personnages avec qui je suis familier, des choses que je désire, que j ’élabore dans mon imagination et, qu’ensuite j’interprète.

J’emprunte une identité. » Samuel Fosso, in “Samuel Fosso”, 5 Continents Editions, Milan.

Pour en voir plus, rendez-vous aux Rencontres d’Arles jusqu’au 14 septembre 2008 ou visionnez le film « African Spirits » réalisé par Pascale Obolo.

JPEG - 88 ko
Expo Samuel Fosso, Arles 2008
JPEG - 71.9 ko
Expo Samuel Fosso, Arles 2008