Studios d’Afrique Sortie du livre "Studios d’Afrique" aux éditions GANG

, par Afrique in visu

JPEG - 75.8 ko
Couverure du livre Studios d’Afrique

Titre : Studios d’Afrique
Photographies : Adama Kouyaté
Textes : Amadou Chab Touré
Traduction : Charles Penwarden
Texte bilingue : anglais et français

Caractéristiques techniques :
Relié, dos carré cousu collé
24 x 29 cm
130 pages bichro
Papier couché 150 gr certifié FSC
Tiré à 1.400 exemplaires

Date de parution :
25 octobre 2010
ISBN : 978-2-918376-05-7
37 euros
Épreuves sur demande

L’AUTEUR

Adama Kouyaté
Fils d’un maitre cordonnier, Adama Kouyaté est né à Bougouni, un village de l’ancien Soudan français (actuel Mali). Contemporain de Malik Sidibé et de Seydou Keïta, Adama a aujourd’hui plus de 80 ans. Après s’être fait photographier avec sa compagne par un photographe de Bamako à noël 1946, Adama trouva la photo si belle qu’il ne rêve plus que d’embrasser le métier. À force d’insistance auprès de Pierre Garnier, il entre à son service en 1947 comme préposé à l’agrandissement dans son studio de Bamako : Photo Hall Soudanais. Adama crée son premier studio en 1949 dans la ville de Kati : Photo Hall Kati, qu’il laisse en gérance à un apprenti. En 1964, à Ouagadougou en Haute-Volta (actuel Burkina) il ouvre un second studio, puis un troisième en 1966, à Bouaké en Côte d’Ivoire. Après le coup d’État militaire de 1968 au Mali, il rentre au pays et, l’année suivante, inaugure de nouveau un studio dans la ville de Ségou, au coeur du quartier commercial, rue Elhadj Oumar Tall : Photo Hall d’Union. Pour l’ouverture, Adama fait une annonce à la radio, il offre « une pose cadeau » à tous les clients qui se feront photographier pendant la première semaine. L’affaire fonctionna si bien qu’on se bouscula tous les jours pendant plus de trois semaines ! « Je tirais six bobines de 12 films 6 x 6 et deux bobines de 24 x 36 chaque jour. La photo marchait tellement qu’au bout de six mois j’ai pu m’acheter une nouvelle voiture, une Peugeot 404. »
Ce studio existe toujours et Adama continue, quotidiennement, d’y prendre quelques clichés.

LE LIVRE

Studios d’Afrique présente les photographies de studio prises par Adama Kouyaté entre 1954 et 1971.
Jamais publié, ce fond photographique embrasse deux décennies. Les années de rupture, du milieu des 50’s aux 60’s, où se redéfinissent les relations sociales et politiques, tant en Afrique qu’ailleurs, avec la libération des pays du joug colonial, mais aussi la période des indépendances jusqu’aux 70’s où s’annoncent la reconnaissance des libertés individuelles et l’affirmation de soi, marquée par l’apparition de mouvements revendicatif et radicaux : hippies, pacifistes... ou l’aboutissement des luttes des mouvements noirs aux USA.
Ces clichés, au-delà de leur portée historique, témoignent avant tout de l’art de la mise en scène dont était capable de faire preuve les photographes de studio africains. Ces photographies mettent en avant le talent d’Adama, son savoir faire, son imagination et son inventivité : avec peu de moyen il savait magnifier son sujet, donner une âme à son client, faire métier.

JPEG - 78.4 ko
© Adama Kouyaté / Photographies extraites du livre "Studios d’Afrique" - Editions GANG

« Adama Kouyaté prend volontiers des libertés par rapport aux règles convenues de la photographie de studio. Au lieu d’avoir trois lampes
pour une plus grande lumière, il se contente de deux lampes latérales et supprime la lampe d’ambiance. Il met en avant les ombres des sujets
et des accessoires. Il explore les désirs et les envies d’élégance du sujet photographié. Même si ce dernier n’est pas un fumeur, il lui met une
cigarette entre les doigts pour lui donner un air mondain. Il organise et esthétise les poses, crée une connivence passagère pour rendre la
magie possible. Plus le photographe ose se libérer des canons « esthétiques » établis par ses confrères, plus il crée une image surprenante de
son sujet. Et cette invention devient sa marque de fabrique que chaque client diffuse et commente. »

Amadou Chab Touré
Auteur du texte, Amadou Chab Touré, né en 1956, vit et travaille au Mali. Professeur d’esthétique, il crée la première galerie d’art de Bamako en 2000. Aujourd’hui, il s’est installé à Ségou où il a déplacé sa galerie. Il organise
des expositions de sculptures, de peintures et de photographies d’artistes africains et internationaux. Sa place, au coeur de la création artistique et sa connaissance, précise, de la photographie font de A. Chab Touré un spécialiste reconnu.

CONTACT

ÉDITIONS GANG – 101 rue Victor Hugo – 94 200 IVRY SUR SEINE – 01 46 70 88 91 – www.editions-gang.com

Voir en ligne : www.editions-gang.com